Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).

Région atlantique

Pays de la région

Régions côtières du Portugal, de l’Espagne, de la France, du Royaume-Uni et de l’Irlande, ainsi que des régions autonomes de Madère et des Açores (Portugal) et de la communauté autonome des îles Canaries (Espagne).

 

Cadre d’action

1.    Programme de coopération transnationale

Le programme INTERREG V B Atlantique 2014 -2020 couvre une zone élargie par rapport au programme précédent 2007-2013, y compris les 38 régions côtières de l’Atlantique du Portugal, de l’Espagne, de la France, du Royaume-Uni et de l’Irlande, ainsi que les régions autonomes de Madère et des Açores au Portugal et la communauté autonome des îles Canaries en Espagne.

L’objectif du programme est de mettre en œuvre des solutions aux défis régionaux dans les domaines de l’innovation, de l’utilisation efficace des ressources, de l’environnement et des biens culturels, afin de permettre une meilleure qualité de vie sur le territoire de la zone atlantique. Pour la période 2014-2020, le programme se concentre sur quatre priorités (qui sont articulées en sept objectifs):

  1. Stimuler l’innovation et la compétitivité;
  2. Favoriser l’utilisation efficace des ressources;
  3. Renforcer la résilience du territoire aux risques d’origine naturelle, climatique et humaine;
  4. Améliorer la biodiversité et les atouts naturels et culturels.

L’adaptation au changement climatique fait l’objet de la priorité 3 et de l’objectif 3.1 «Renforcer les systèmes de gestion des risques». Le principal changement recherché sera l’amélioration de la coopération contribuant à réduire les risques et leurs impacts et à renforcer la sécurité de la population et de l’environnement, en renforçant la résilience et la capacité de planification des régions atlantiques aux niveaux local et régional.

 

2.    Stratégies macrorégionales

Dans le cas de la zone atlantique, bien qu’une véritable stratégie macrorégionale n’ait pas été élaborée, on peut soutenir que la stratégie maritime atlantique joue, dans une certaine mesure, un rôle similaire en tant que cadre de coopération économique et sociale transnationale entre les régions atlantiques. La stratégie maritime et le plan d’action pour l’océan Atlantique couvrent la même zone que la région transnationale atlantique, en plus de certains territoires d’outre-mer (St. Martin, Guadeloupe et Martinique). Il aborde le changement climatique et les risques de catastrophe en tant qu’obstacles potentiels à une croissance durable, qui sont ici abordés avec des stratégies pour la génération de connaissances. En particulier, l’observation, la cartographie et la prévision des océans sont considérées comme essentielles pour la croissance durable des activités économiques dans la région atlantique et le besoin de services d’information (publiques) et de services climatiques pour les acteurs opérant dans la région. La Commission Arc Atlantique dans le cadre de la Conférence des Régions Périphériques Maritimes (CPMR) couvre la plupart des régions participant à l’Espace Atlantique. Les travaux au sein du conseil de l’Arc Atlantique sont principalement axés sur la mise en œuvre de la stratégie maritime atlantique.

 

3.    Conventions internationales et autres initiatives de coopération

La convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est couvre une zone plus large que la région transnationale de l’espace atlantique de l’UE, y compris, en plus de trois régions de l’Atlantique (mers celtiques, golfe de Gascogne et côte ibérique, et Atlantique plus large), également deux autres régions: Les eaux arctiques et la grande mer du Nord. Dans le cadre de cette convention, le changement climatique (et l’acidification des océans) est considéré comme une question transversale en termes de production de connaissances, de suivi des impacts et de conception d’options de gestion visant à accroître la résilience des écosystèmes.

 

Exemples de projets financés au cours de la période 2014-2020

Des exemples de projets financés par le programme «Espace Atlantique 2014-2020» sont présentés ci-dessous.

Le projet MyCOAST (2017-2021) vise à fournir des services climatiques pour les activités économiques le long de la côte atlantique. Il vise également à créer un observatoire côtier du changement climatique. Les utilisateurs cibles des données, des services et des outils à fournir par l’observatoire sont des acteurs impliqués dans la gestion et la prévention des risques côtiers tels que les inondations et l’érosion côtière, ceux qui gèrent les problèmes de qualité de l’eau et ceux qui sont responsables de la gestion de la sécurité maritime et de la réponse aux incidents de pollution dans la zone atlantique. En outre, les données de l’observatoire seront utilisées pour mieux faire connaître ces risques dans la région atlantique et pour identifier et promouvoir les opportunités pour le secteur privé, par exemple en ce qui concerne l’aquaculture, le transport maritime et les fournisseurs d’énergie éolienne.

Le projet PRIMROSE (Prévision du risque et de l’impact des événements nocifs sur le secteur aquacole) (2017-2020) fournira des connaissances pour la gestion des risques liés (entre autres) aux dangers climatiques sur le secteur aquacole, en générant un système de prévision transnationale des risques à court et moyen terme et une évaluation à long terme des impacts climatiques sur les proliférations d’algues et les agents pathogènes nocifs. Ces prévisions améliorées comprendront des évaluations des risques microbiens et des impacts des changements climatiques, en plus des prévisions de prolifération d’algues. Les 10 partenaires du projet comprennent des organismes de recherche universitaires dans les cinq pays participant au programme de la zone atlantique et des représentants des secteurs de la pêche et de l’aquaculture au Royaume-Uni et en Espagne. Bien que l’adaptation ne soit pas abordée explicitement, le changement climatique est l’une des pressions sur les écosystèmes marins qui est également considérée en termes de défis posés par les espèces envahissantes.

Le projet Risk-AquaSoil (Plan atlantique de gestion des risques dans l’eau et le sol) (2017-2019) vise à définir un plan de gestion complet des risques climatiques liés aux sols et à l’eau afin d’améliorer la résilience des zones rurales de l’Atlantique. Le plan de gestion comprend la conception de services d’alerte précoce et de diagnostic, ainsi que l’élaboration et l’essai de stratégies innovantes pour une meilleure gestion des sols et de l’eau en tenant compte des risques liés au changement climatique. Les parties prenantes et les communautés locales participeront aux activités de formation et de renforcement des capacités ainsi qu’aux systèmes de gestion des risques et d’indemnisation des dommages.