Accueil Connaissances Vulnérabilité de l’UE aux effets du changement climatique survenant en dehors de l’UE

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

La vulnérabilité de l’Europe aux impacts du changement climatique en dehors de l’Europe

Le commerce international, les voyages, les télécommunications et d’autres aspects de la mondialisation augmentent la probabilité que les effets du changement climatique aient des conséquences au-delà des régions ou des pays dans lesquels ils se produisent. Ces conséquences sont appelées «effets transfrontaliers» du changement climatique, ou «effets indirects», «effets transfrontières» ou «effets de débordement». Ces effets peuvent influencer de manière significative le risque global de changement climatique pour les régions, les secteurs et les personnes. Par conséquent, ils devraient être pris en compte dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques d’adaptation. Les effets transfrontaliers peuvent être générés par un seul événement climatique extrême qui peut provoquer une chaîne de réactions par des voies d’impact, par exemple une perturbation temporaire des chaînes d’approvisionnement mondiales due à des infrastructures de transport endommagées, ou déterminée par des périodes prolongées de conditions météorologiques extrêmes ou par un changement climatique progressif.

Le chapitre 6.4 du rapport de l’AEE sur le changement climatique, les impacts et la vulnérabilité en Europe 2016 analyse les effets transfrontaliers causés par les incidences du changement climatique en dehors de l’Europe, qui ont des effets indirects en cascade sur le territoire européen. Il identifie six voies principales basées sur la littérature disponible: I) le commerce des produits agricoles, ii) le commerce des produits non agricoles, iii) les infrastructures et les transports, iv) la géopolitique et les risques en matière de sécurité, v) les migrations humaines et vi) le financement (voir figure 1).

 

 

Figure 1. Six grandes voies d’impacts indirects pour l’Europe (EEE, 2017).

Source: AEE.
Note: Les voies d’impact ont été placées arbitrairement sur la carte; par conséquent, les flèches n’indiquent aucune direction géographique prédominante à partir de laquelle ces impacts pourraient affecter l’Europe (rapport de l’AEE «Changements climatiques, impacts et vulnérabilités en Europe 2016»).

 

Comme indiqué au chapitre 6.4 du rapport de l’EEE, les preuves les plus solides de la sensibilité de l’Europe aux incidences transfrontalières sont les effets économiques causés par la volatilité des prix mondiaux induite par le climat; perturbations des réseaux de transport tels que les ports; et les changements dans l’environnement arctique, comme les nouvelles routes maritimes.

La région méditerranéenne de l’Europe a été identifiée comme étant la plus vulnérable aux chocs dans les flux de produits agricoles, en raison d’une forte dépendance à l’égard des importations en provenance de l’extérieur de l’Europe. Les récents phénomènes climatiques extrêmes en dehors de l’Europe ont déjà eu un impact négatif sur l’Europe. Par exemple, la vague de chaleur russe en 2010 a détruit environ 30 % de la récolte de céréales de la Russie et contribué à une augmentation de 60 à 80 % des prix mondiaux du blé. La crise mondiale du riz de 2008, au cours de laquelle le prix du riz sur le marché mondial a quadruplé en quelques mois, a été en partie causée par une longue sécheresse en Australie, entre autres causes.

Les groupes de population à faible revenu dans toutes les régions d’Europe sont susceptibles d’être touchés de manière disproportionnée par la volatilité des prix des denrées alimentaires.

On s’attend à ce que les petites économies européennes ouvertes et très développées soient principalement vulnérables aux chocs des flux de produits non agricoles. Des exemples de ces effets indirects sont la pénurie de disques durs et l’augmentation des prix qui en découle, causée par une grave inondation en Thaïlande en 2011 et la baisse des exportations de charbon et l’augmentation des prix du marché mondial causée par des inondations extrêmes dans l’est de l’Australie en 2010/11.

Les effets du changement climatique et des événements extrêmes sur les infrastructures de transport en dehors de l’Europe (par exemple, les routes, les pipelines, les chemins de fer, les ponts, les ports, les aéroports et les tunnels) peuvent également avoir des répercussions en Europe. Par exemple, l’ouragan Katrina en 2005 a détruit une grande partie du port de la Nouvelle-Orléans aux États-Unis, provoquant une pénurie temporaire de l’approvisionnement mondial en pétrole et une augmentation temporaire du prix mondial du pétrole.

Le changement climatique en Afrique du Nord et au Moyen-Orient pourrait augmenter les risques géostratégiques pour l’Europe. Des études récentes suggèrent que les températures dépasseront un seuil d’adaptabilité humaine vers la fin du XXIe siècle dans certaines de ces régions. En outre, l’élévation du niveau de la mer menace de plus en plus les zones côtières peuplées, telles que le delta du Nil, où se concentre une grande partie de la population égyptienne et des terres agricoles. Des conditions climatiques sans précédent, combinées à des facteurs socio-économiques et politiques, pourraient encore accroître l’instabilité régionale. Cette augmentation pourrait, à son tour, conduire à une augmentation substantielle des flux de réfugiés et de migration vers l’Europe, ce qui pourrait avoir des incidences politiques et sécuritaires.

La trajectoire financière se réfère aux effets du changement climatique qui peuvent perturber les flux de capitaux publics et privés, tels que les investissements à l’étranger, les envois de fonds des travailleurs migrants ou les assurances internationales, avec des répercussions sur les flux financiers dans divers pays. Par exemple, une partie importante des coûts d’assurance de l’ouragan Katrina en 2005 a chuté sur les marchés boursiers de Londres. L’augmentation prévue de l’occurrence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes dans de nombreuses régions du monde remettra en cause les systèmes d’assurance, en déterminant l’augmentation des primes d’assurance et les baisses de couverture, mais aussi en offrant aux compagnies d’assurance européennes de nouvelles possibilités d’investir dans les pays en développement.

Selon plusieurs études, la vulnérabilité européenne aux effets transfrontaliers du changement climatique devrait augmenter au cours des prochaines décennies, mais les projections quantitatives ne sont pas encore disponibles.