Accueil Pays, régions et villes Régions transnationales Périphérie septentrionale et Arctique

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).

Périphérie septentrionale et Arctique

Pays de la région

Certaines parties de la Finlande, de l’Irlande, du Royaume-Uni de Suède (Irlande du Nord et de l’Écosse) et de la Norvège, de l’ensemble de l’Islande, ainsi que du Groenland et des îles Féroé (Danemark).

 

Cadre d’action

1.    Programme de coopération transnationale

Le programme INTERREG V B Périphérie septentrionale et arctique (APN) 2014-2020 implique quatre États membres de l’UE et trois États non membres de l’UE couvrant la zone euro-arctique, des parties de la zone atlantique et des parties de la région de Barents. Dans des circonstances particulières, elle pourrait également impliquer des partenaires extérieurs à la zone couverte par le programme. Pour la période 2014-2020, le programme PAN met l’accent sur quatre priorités:

  1. Utiliser l’innovation pour maintenir et développer des communautés solides et compétitives;
  2. Promouvoir l’esprit d’entreprise afin de réaliser le potentiel de l’avantage concurrentiel de la zone couverte par le programme;
  3. Encourager les communautés de sécurité énergétique par la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique;
  4. Protéger, promouvoir et développer le patrimoine culturel et naturel.

Au cours de cette période, le programme devrait contribuer à:

  • Modifier l’attitude vis-à-vis des processus d’innovation, de l’esprit d’entreprise et du comportement commercial des petites et moyennes entreprises dans les zones à faible densité de population situées en dehors des centres régionaux;
  • Renforcer la capacité et la préparation des communautés locales et régionales à faire face aux risques liés au changement climatique et à l’exploitation à grande échelle des ressources naturelles.

Les 4 axes prioritaires comportent 6 objectifs spécifiques. Le programme PAN 2014-2020 considère explicitement l’adaptation au changement climatique dans ses objectifs thématiques ainsi que dans l’un de ses trois principes horizontaux (soutenabilité environnementale), soulignant la nécessité de mettre en œuvre des mesures d’adaptation. Le programme NPA devrait contribuer à la production de connaissances en matière d’adaptation, qui sont nécessaires au développement d’autres compétences pertinentes et indispensables ainsi qu’à la sensibilisation.

 

2.    Conventions internationales et autres initiatives de coopération

Avec la zone atlantique et la mer du Nord, cette région fait partie de la zone couverte par la convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est. La région de la Périphérie septentrionale et de l’Arctique correspond à la sous-région OSPAR «Eaux arctiques». Dans le cadre de cette convention, le changement climatique (et l’acidification des océans) est considéré comme une question transversale en termes de production de connaissances, de suivi des impacts et de conception d’options de gestion visant à accroître la résilience des écosystèmes.

Le Conseil de l’Arctique est le principal forum intergouvernemental dans la région arctique. Il a une couverture circumpolaire, ce qui le rend plus grand que la région transnationale de la Périphérie septentrionale et de l’Arctique. Ses membres sont des gouvernements nationaux (Canada, Danemark, y compris le Groenland et les îles Féroé, la Finlande, l’Islande, la Norvège, la Russie, la Suède et les États-Unis) et des représentants des communautés autochtones de l’Arctique et d’autres habitants de l’Arctique. Les changements climatiques ont été abordés, en particulier, par le Programme de surveillance et d’évaluation de l’ Arctique (PAAM) ainsi que par d’autres groupes de travail du Conseil de l’Arctique.

Le Conseil nordique des ministres est le forum intergouvernemental de coopération des États nordiques européens. Il a défini l’adaptation au changement climatique comme l’une des douze recommandations stratégiques pour la coopération intergouvernementale. Au cours du précédent programme de coopération (2015-2017), le Conseil a considéré le changement climatique comme l’un de ses domaines d’intervention et a lancé le projet «Actions d’adaptation pour un Arctique en mutation» (AACA) mené par l’AMAP. Les Barents sont l’une des trois régions pilotes abordées par le projet AACA; les résultats connexes sont résumés dans le rapport «Actions d’adaptation pour un Arctique en mutation: perspectives de la région de Barents, programme de surveillance et d’évaluation de l’Arctique». Le rapport identifie les principaux changements environnementaux et socio-économiques, évalue la capacité d’adaptation dans la région et examine les options d’adaptation et les mesures d’adaptation. Le rapport fournit également des stratégies et des outils clés destinés à informer les décideurs sur les possibilités d’aider leurs communautés à s’adapter aux changements futurs.

 

3.    Stratégies et plans d’adaptation

Le Conseil euro-arctique de Barents (BEAC) est un forum de coopération intergouvernementale spécifiquement pour la région de Barents et a pour membres le Danemark, la Finlande, l’Islande, la Norvège, la Russie, la Suède et la Commission européenne. La BEAC a adopté le «Plan d’action sur le changement climatique pour la coopération de Barents» en 2013. Initialement approuvé lors d’une réunion des ministres finlandais, norvégien, russe et suédois des affaires étrangères, il a été adopté par les ministres de l’environnement des pays de la BEAC. Le plan contient des activités concrètes à réaliser par les groupes de travail dans le cadre de la BEAC, y compris une proposition visant à développer des stratégies climatiques régionales dans l’ensemble de la région de Barents. Le plan d’action a été légèrement révisé et publié dans une édition de 2nd en 2017.

 

Exemples de projets financés au cours de la période 2014-2020

Des exemples de projets financés par le programme PAN 2014-2020 sont présentés ci-dessous.

Le projet CLIMATE (Collaborative Learning Initiative Managing and Adapting to the Environment) (2017-2020) vise à promouvoir et à améliorer la sensibilisation au changement climatique dans les communautés rurales périphériques européennes par le biais d’une approche fondée sur la connaissance et d’une planification durable des ressources dirigée par les communautés. Il rassemble les autorités locales des régions éloignées et peu peuplées de Suède, d’Irlande du Nord, de République d’Irlande et des îles Féroé dans le but d’élaborer des plans d’adaptation. Le projet prévoit d’élaborer une échelle d’évaluation des risques et de préparation ainsi qu’un portail et un centre de connaissances qui garantissent la transférabilité des résultats du projet vers d’autres autorités locales de la région.

Le projet ANH (Adapt Northern Heritage) (2017-2020) aide les collectivités et les autorités locales à adapter le patrimoine culturel du Nord aux impacts environnementaux des changements climatiques et des dangers naturels associés grâce à l’engagement communautaire et à une planification éclairée de la conservation. Le projet mettra au point un outil en ligne pour évaluer les risques et les vulnérabilités des lieux historiques, par exemple en raison des inondations, de l’érosion côtière et fluviale, de l’élévation du niveau de la mer, des tempêtes sévères et du dégel du pergélisol. Il fournira des orientations pour la planification des mesures d’adaptation stratégiques qui tiennent compte de la durabilité culturelle, économique, environnementale et sociale. L’outil sera développé, testé et démontré dans neuf études de cas, en Islande, en Irlande, en Norvège, en Russie, en Suède et en Écosse, pour lesquelles des plans d’action d’adaptation seront élaborés.

Le projet Water-Pro (Northern Runoffs into Profits) (2016-2019) vise à développer et à transférer des outils et des modèles éco-efficaces pour la gestion des ruissellements dans le domaine de l’agriculture et de l’extraction minérale dans les régions du Nord et de l’Arctique. Les ruissellements de ces deux secteurs présentent des volumes importants, mais de faibles concentrations de nutriments et d’autres composés; par conséquent, certaines mesures et pratiques similaires pourraient être appliquées dans les deux secteurs. Des précipitations plus fréquentes et intenses, comme prévu dans le cadre du changement climatique, poseront d’autres défis dans le contrôle des ruissellements et de la sécurité de l’eau dans un avenir proche. Le projet développera une boîte à outils de bonnes pratiques de gestion et une plate-forme de communication pour les industries agricoles et minières. En outre, plusieurs pratiques novatrices et peu coûteuses seront mises en œuvre dans les sites pilotes réels et leur traitement et leur rapport coût-efficacité seront évalués. Water-Pro améliorera également la préparation des autorités responsables et des utilisateurs des ressources locales pour protéger la qualité de l’eau, la santé humaine, les écosystèmes et stimuler la croissance économique et le développement.

Le projet RECENT (Renewable Community Empowerment in Northern Territories) (2015-2018) vise à accroître les connaissances énergétiques dans les collectivités rurales et à les aider à disposer d’infrastructures publiques plus résilientes et économes en énergie capables de gérer les risques liés au changement climatique. Le projet développera 24 projets pilotes d’énergie et d’efficacité énergétique communautaires dans 5 pays de l’APN, en mettant l’accent sur l’utilisation novatrice des ressources en eau appartenant à la communauté.