Accueil Base de données Options d’adaptation Restrictions en matière d’eau et réduction de la consommation

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).
Adaptation option

Restrictions en matière d’eau et réduction de la consommation

La restriction de l’eau limite certaines utilisations de l’eau, par exemple l’irrigation des pelouses, le lavage des voitures, le remplissage des piscines ou l’évacuation des chaussées. Les restrictions peuvent limiter la disponibilité de l’eau en termes de volume et/ou le moment où elle peut être utilisée et son but. Le rationnement de l’eau comprend généralement la suspension temporaire de l’approvisionnement en eau ou la réduction de la pression en dessous de celle requise pour un approvisionnement adéquat dans des conditions normales. Le rationnement est associé à une distribution équitable de l’approvisionnement en eau extrêmement limité de manière à assurer la fourniture d’eau suffisante pour préserver la santé et la sécurité publiques. Les restrictions d’eau et, dans une moindre mesure, le rationnement sont fréquemment utilisés, en particulier dans les situations de pénurie temporaire d’eau (par exemple, en raison d’épisodes de sécheresse). Tant le rationnement que les restrictions qui peuvent avoir un caractère temporel ou permanent permettent à l’administration locale, voire régionale ou nationale, de faire face aux crises de l’eau, en réduisant les consommations sans modification substantielle du ratio demande et offre. Chaque fois que ces mesures temporaires d’adaptation à faible coût sont supprimées, la demande en eau et l’utilisation de l’eau devraient remonter à nouveau aux niveaux précédents. En cas de pénurie persistante ou récurrente, il convient de privilégier la mise en œuvre et le maintien à long terme d’autres mesures: des mesures d’économie d’eau pour réduire la demande en eau et/ou des stratégies plus traditionnelles pour augmenter l’approvisionnement en eau, telles que la collecte de l’eau de pluie, le recyclage des eaux grises, le dessalement.

Détails supplémentaires
Informations de référence

Détails d'adaptation

Catégories du GIEC

Institutionnel: politiques et programmes gouvernementaux, Social: comportemental

Participation des parties prenantes

La participation des parties prenantes de divers acteurs (gestionnaires de l’eau, industries, citoyens, décideurs) est nécessaire pour faciliter l’adoption et la mise en œuvre. Outre les possibilités de contrôle direct et de mise en œuvre par les autorités publiques, la participation des parties prenantes est essentielle pour une mise en œuvre large et adéquate et pour affiner la mesure afin d’obtenir la plus grande efficacité possible.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

Les restrictions générales en matière d’eau qui touchent également tous les consommateurs peuvent avoir une faible efficacité économique. Les différents consommateurs ont des valeurs marginales différentes pour la même utilisation et ces différences sont amplifiées entre les différentes utilisations de l’eau. Des mesures ciblées fondées sur une quantification adéquate des effets attendus peuvent être trouvées plus efficaces. Par exemple, les mesures peuvent être conçues avec des restrictions progressives pour différentes utilisations, en fonction du déficit en eau. Les facteurs de succès sont la participation consciente des parties prenantes et du grand public et le pouvoir juridique d’imposer les restrictions à l’eau à la société.

Coûts et bénéfices

Les restrictions obligatoires en matière d’eau peuvent permettre de réaliser d’importantes économies d’eau en peu de temps, comparables seulement à d’importantes hausses de prix. Les restrictions sont généralement privilégiées par rapport aux instruments économiques (par exemple, la tarification de l’eau) dans des situations temporaires où l’approvisionnement en eau est extrêmement limité. Dans le cas des instruments économiques, il a été démontré que l’élasticité dépend du revenu des ménages (une élasticité des prix plus élevée a été observée dans les ménages à faible revenu), de la taille de la famille, de l’âge et d’autres caractéristiques démographiques. La consommation extérieure est généralement plus sensible aux changements de prix et plus facile à contrôler. Les résultats des études varient considérablement, tandis qu’un certain nombre d’études se concentrent sur l’élasticité-prix (comment la consommation réagit aux variations de prix), on en sait moins sur l’élasticité du revenu, c’est-à-dire sur la façon dont la demande réagit à l’augmentation du revenu. Un mélange réussi d’options de gestion de la demande diminue les dépenses des ménages, ce qui, en cas d’élasticité positive du revenu, peut se traduire par une consommation d’eau plus élevée. En outre, des études ont montré que les résidents sont prêts à payer pour de meilleurs services d’eau et à éviter la rationalisation et la restriction obligatoires de l’eau. La volonté de payer, cependant, ne peut être significative que pour éviter des restrictions plus sévères. Une évaluation économique complète de la mesure devrait également tenir compte des effets indirects des restrictions obligatoires telles que l’interdiction de l’irrigation des pelouses ou des piscines de remplissage. Dans ces cas, par exemple, le manque de temps de loisir/d’activités ayant des effets sur le bien-être. En outre, les restrictions obligatoires sont associées à des coûts d’exécution importants, qui doivent être pris en compte en raison de leur incidence sur le bien-être de la société.

La directive-cadre sur l’eau peut orienter les administrations compétentes vers des économies d’eau en général. L’article 9 (prix de l’eau) de la DCE peut être mis en œuvre en combinaison avec des restrictions. Les plans de gestion de la sécheresse, qui peuvent également être soumis au Programme de mesures, comprennent normalement des restrictions et des méthodes de rationnement en cas de sécheresse.

Temps de mise en œuvre

Moins d’un an.

Durée de vie

Moins d’un an.

Informations de référence

Références:
Projet ClimWatAdapt de la DG ENV

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Aug 17 2023

Actions sur le document