Accueil Base de données Options d’adaptation Adaptation des plans de sécheresse et de conservation de l’eau

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).
Adaptation option

Adaptation des plans de sécheresse et de conservation de l’eau

L’objectif d’un plan de gestion de la sécheresse est de réduire les risques et donc les impacts économiques, sociaux et environnementaux de la sécheresse. Les plans de conservation de l’eau visent à limiter la consommation d’eau; réduire les pertes et les déchets d’eau; améliorer l’efficacité de l’utilisation de l’eau, documenter le niveau de recyclage et de réutilisation de l’eau, prolonger la durée de vie des approvisionnements actuels en eau en réduisant la demande en eau.

Une utilisation plus efficace des approvisionnements en eau existants peut réduire la demande d’eau, minimiser les impacts environnementaux et les coûts associés à l’élaboration de nouveaux approvisionnements. Les plans de sécheresse et de conservation de l’eau comprennent des lignes directrices et des exigences régissant la conservation de l’eau et les mesures d’urgence en cas de sécheresse pour les fournisseurs publics d’eau, mais aussi par des restrictions sur l’utilisation de l’eau, des programmes de rationnement, des tarifs spéciaux de l’eau ou la réduction des utilisations de faible valeur. Les DWCP peuvent devenir des mesures d’ACC dans la mesure où elles sont en mesure d’inclure des considérations concernant les futurs scénarios de changement climatique, en mettant l’accent sur la variabilité et les événements extrêmes. En outre, étant donné que l’impact social de la sécheresse est généralement la manifestation de problèmes de pénurie d’eau, les DWCP adaptés devraient également tenir compte de la dynamique socio-économique, afin d’examiner comment la réduction éventuelle des disponibilités en eau et la sécheresse pourraient exacerber les problèmes liés à l’augmentation de la demande d’eau découlant de l’évolution démographique et économique. Les éléments de base et le contenu des plans de conservation de la sécheresse et de l’eau sont les suivants:

  • caractéristiques générales du bassin dans les conditions de sécheresse;
  • l’histoire des sécheresses dans le bassin hydrographique;
  • caractéristiques des sécheresses à l’intérieur du bassin;
  • mise en place d’un système d’alerte à la sécheresse;
  • programme de prévention et d’atténuation des sécheresses liées aux systèmes d’indicateurs;
  • structure organisationnelle du DWCP (identification de l’entité compétente, du comité ou du groupe de travail pour identifier les impacts de la sécheresse et proposer une gestion);
  • mise à jour et suivi du DWCP;
  • plans publics spécifiques à l’approvisionnement en eau;
  • gestion prolongée de la sécheresse (le cas échéant, une section devrait être consacrée à la «sécheresse prolongée», comme l’exige l’article 4.6 de la directive-cadre sur l’eau).

Idéalement, le DWCP devrait contenir des objectifs quantitatifs et mesurables de conservation de l’eau et un ensemble de mesures pour atteindre ces objectifs, prioritaires en fonction de leur performance et de leurs coûts de mise en œuvre.

Détails supplémentaires
Informations de référence

Détails d'adaptation

Catégories du GIEC

Institutionnel: politiques et programmes gouvernementaux, Institutionnel: droit et réglementation

Participation des parties prenantes

L’identification des acteurs concernés ayant un intérêt dans l’approvisionnement en eau, la planification de la sécheresse et la conservation de l’eau est essentielle pour un DWCP. . Ces groupes d’intervenants doivent être associés et représentés équitablement à un stade précoce de l’élaboration du plan. La participation au processus de planification donne aux parties prenantes l’occasion de mieux comprendre les différents points de vue des uns et des autres et de générer des solutions collaboratives.
Bien que les plans puissent (et devraient) être élaborés à divers niveaux administratifs (municipaux, districts d’irrigation, provinciaux et régionaux) et pour différents secteurs économiques, ils devraient être reliés au plan de gestion du bassin hydrographique.

Au niveau national, le DWCP décrit le cadre normatif, la structure organisationnelle et les instruments politiques (tels que l’autorisation et la tarification des prélèvements d’eau), les procédures de déclaration d’urgence en cas de sécheresse, les objectifs stratégiques de haut niveau et les ressources disponibles. Les projets de transfert d’eau à grande échelle sont généralement définis à ce niveau. Au niveau régional ou au niveau des bassins hydrographiques, le DWCP indique les déclencheurs et indicateurs régionaux de sécheresse, le risque et la vulnérabilité de la sécheresse, les interventions à long terme visant à réduire la vulnérabilité à la sécheresse, les options d’atténuation des risques de sécheresse par secteur et le niveau de gravité de la sécheresse, la répartition des tâches entre les acteurs régionaux, les critères d’élaboration de plans de gestion de la sécheresse au niveau du système d’approvisionnement en eau, le programme de coopération avec l’agence de protection civile, les processus d’examen des plans.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

Le facteur de réussite est une connaissance approfondie sur:

  • le schéma d’utilisation de l’eau et la contribution au bien-être ainsi que
  • projection à moyen et long terme de la variabilité du climat et — du changement, et
  • une compréhension des facteurs influençant la demande d’eau dans les secteurs économiques à forte intensité d’eau et la consommation publique d’eau.

Le facteur limitant est le conflit entre les valeurs sociales, économiques et environnementales lorsque les ressources en eau sont plus rares. Cela peut entraver la collaboration au cours du processus de planification et de mise en œuvre.

Coûts et bénéfices

Les coûts liés au développement d’un DWCP au niveau de l’État ont été estimés entre 50 000 et 100 000 EUR. L’avantage est que tous les secteurs économiques puissent poursuivre leurs activités de manière organisée, mais avec des niveaux d’eau réduits, ce qui signifie qu’il y a moins de perturbations économiques et environnementales.

DWCP peut faire partie des programmes régionaux de protection de l’eau, basés sur des outils réglementaires et législatifs. Les contraintes juridiques peuvent inclure les droits sur l’eau, les lois existantes sur la confiance du public, les exigences pour les fournisseurs publics d’eau et les questions de responsabilité.

Afin d’aborder la question de la rareté de l’eau et des sécheresses dans l’UE, la Commission européenne (CE) a publié une communication intitulée «Relever le défi de la pénurie d’eau et des sécheresses dans l’Union européenne» (2007). La communication énumère un ensemble d’options politiques, qui peuvent être mises en œuvre dans le cadre d’une action concertée de l’UE visant à accroître l’efficacité de l’eau et les économies d’eau, ainsi qu’à améliorer la préparation à la sécheresse et la gestion des risques. Les efforts de l’Union européenne en matière de réduction des risques de catastrophe se sont intensifiés avec la communication de la CE sur la capacité de réaction en cas de catastrophe (CE 2008). La présente communication soulignait la nécessité de renforcer la capacité et l’efficacité de la Communauté à réagir aux catastrophes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’UE. Pour ce faire, la CE a proposé plusieurs moyens concrets pour une meilleure coordination des différentes politiques, instruments, services et acteurs UE/Communauté (aux niveaux national, européen et international). La directive-cadre européenne sur l’eau (directive-cadre sur l’eau), phare de la politique de l’UE dans le domaine de l’eau, a reconnu les sécheresses comme des menaces potentielles susceptibles de défaire les efforts visant à atteindre un bon état écologique des masses d’eau communautaires. Pourtant, l’atténuation de la sécheresse est la dernière parmi les objectifs soutenus par l’article 1er de la directive, et celui qui est le moins étayé. L’examen de la DCE en 2012 est considéré par beaucoup comme une occasion de mettre davantage l’accent sur la rareté de l’eau et les sécheresses.

Temps de mise en œuvre

1-5 ans

Durée de vie

Variable

Informations de référence

Références:

DG ENV Projet ClimWatAdapt, 6e PC Projet ADAM Stratégies d’atténuation et d’adaptation, et projet DG CLIMA Stratégie d’adaptation des villes européennes

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Aug 17 2023

Actions sur le document