Accueil Base de données Études de cas Assurer l’approvisionnement futur en eau aux niveaux régional et local dans la vallée du Lavant, en Carinthie

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
The European Climate and Health Observatory is undergoing reconstruction until June 2024 to improve its performance. We apologise for any possible disturbance to the content and functionality of the platform.
Études de cas

Assurer l’approvisionnement futur en eau aux niveaux régional et local dans la vallée du Lavant, en Carinthie

Assurer l’approvisionnement futur en eau aux niveaux régional et local dans la vallée du Lavant, en Carinthie

La région de la vallée de la rivière Lavant densément peuplée dans la partie orientale de la Carinthie dans les Alpes du sud de l’Autriche se caractérise par un faible niveau de précipitations, des conditions géologiques défavorables au stockage des eaux souterraines et un nombre limité de sources pouvant être utilisées pour l’approvisionnement en eau. Au cours des dernières décennies, les précipitations annuelles ont considérablement diminué, et la région a été affectée à plusieurs reprises par les pénuries d’eau pendant les étés chauds. Malgré les incertitudes dans les projections des changements futurs des régimes de précipitations régionales, la variabilité des niveaux d’eau souterraine et des rejets des sources devrait encore augmenter à l’avenir, ce qui augmentera le risque de pénurie d’eau et de goulets d’étranglement temporels dans l’approvisionnement en eau pendant les périodes de sécheresse.

La région a répondu à ces défis par des mesures d’adaptation visant à assurer l’approvisionnement en eau futur aux niveaux régional et local, notamment en établissant un réseau régional d’associations de l’eau interconnectant les réseaux d’approvisionnement de quatre municipalités, en développant de nouvelles sources d’eau et en investissant dans l’extension des infrastructures d’approvisionnement. Les municipalités encouragent leurs citoyens à utiliser l’eau avec parcimonie et efficacité en fournissant des informations sur les niveaux de stress hydrique et en sensibilisant aux mesures d’économie d’eau.

Description de l'étude de cas

Défis

La vallée de la rivière Lavant est située sur le bord sud de la crête principale alpine et est entourée par les chaînes de montagnes de la Saualpe à l’ouest et du Koralm à l’est, qui s’étendent tous deux jusqu’à 2 100 m. Wolfsberg, la capitale du district, et St. Andrä sont les plus grandes villes de la région. Les sources des deux chaînes de montagnes fournissent la majeure partie de l’eau potable et de service aux municipalités.

La vallée de la rivière Lavant est caractérisée par de faibles précipitations. Avec une précipitation annuelle moyenne de moins de 800 mm, la vallée est l’une des régions les plus sèches de Carinthie. En outre, les conditions géologiques sont défavorables au stockage des eaux souterraines, les rejets des sources sont plutôt faibles et seul un nombre limité de sources peut être utilisé pour l’approvisionnement en eau. En raison de ces limitations naturelles de la disponibilité de l’eau, la région a déjà été touchée par des pénuries d’eau au cours des dernières décennies, en particulier pendant les étés chauds et secs (EEE 2009; BMLFUW 2016). D’importants goulets d’étranglement saisonniers dans l’approvisionnement en eau se sont produits fréquemment, par exemple au cours des années 1993, 2002, 2003 et 2012.

Les effets du changement climatique ont été perceptibles dans la région au cours des dernières décennies. Au cours des 100 dernières années, il y a une nette tendance à la baisse des précipitations annuelles dans la plupart des régions de Carinthie au sud de la crête principale alpine. Dans la région de la vallée de Lavant, les précipitations annuelles ont diminué d’environ 15 à 25 %, la plus forte diminution saisonnière se produisant en hiver.

Supposées en raison de l’emplacement de la Carinthie à la convergence des influences climatiques méditerranéennes et atlantiques, les projections régionales basées sur des modèles des tendances futures des régimes de précipitations dans la partie sud de l’Autriche ont toujours été soumises à de fortes incertitudes et présentent régulièrement des variations marquées entre les modèles climatiques. Les scénarios régionaux précédents de changements dans les précipitations annuelles variaient de tendances légèrement positives à légèrement négatives. Certains scénarios prévoyaient une baisse significative des précipitations estivales allant jusqu’à -15 % à partir de 2050. Les scénarios climatiques les plus récents pour l’Autriche (ÖKS 15) indiquent une augmentation significative de la température moyenne annuelle de + 1,3 °C (scénario d’atténuation du climat selon la RCP4.5) à 1,5 °C (scénario de statu quo selon la RCP8.5) pour la Carinthie et la vallée de Lavant jusqu’en 2050 (par rapport à la période 1971-2000). À la fin du siècle, une augmentation annuelle moyenne de la température allant jusqu’à + 4,2 °C pourrait se produire dans un scénario d’émissions normales (RCP8.5). Les scénarios montrent également une augmentation du nombre annuel de jours de chaleur (jours > 30 °C). Ceux-ci pourraient augmenter de + 3,2 jours d’ici 2050 et augmenter jusqu’à + 5,8 voire + 17,1 jours d’ici la fin du siècle. En ce qui concerne les précipitations moyennes annuelles, de légères augmentations sont prévues à moyen et à long terme, ce qui est principalement dû à des quantités de précipitations simulées plus élevées pendant la saison hivernale, mais tous les résultats des modèles liés aux précipitations manquent de signification statistique. Contrairement aux projections de température, les tendances futures des précipitations continuent d’être caractérisées par des incertitudes beaucoup plus grandes.

Une plus grande variabilité des niveaux d’eau souterraine et des livraisons de sources, aboutissant à des périodes récurrentes de pénurie d’eau, avait déjà été observée au cours des années précédant le lancement des mesures d’adaptation. Bien que les résultats de la modélisation climatique régionale ne soient pas faciles à interpréter en termes de leurs incidences sur les stocks d’eau souterraine et le renouvellement des eaux souterraines, on s’attend à ce que les niveaux d’eau souterraine, les aquifères et les rejets de sources soient affectés par une variabilité croissante à l’avenir. Ce résultat est susceptible de résulter des effets combinés d’une variabilité interannuelle plus élevée des régimes de précipitations, d’éventuelles diminutions des précipitations estivales avec des périodes prolongées de sécheresse, des taux d’évapotranspiration plus élevés et une diminution de la recharge des eaux souterraines en raison de moins de chutes de neige et d’une durée plus courte de la couverture neigeuse en hiver.

La diminution de la disponibilité des ressources en eau pendant les périodes sèches et chaudes de l’été coïncide avec une augmentation de la demande en eau des ménages, du tourisme et de l’agriculture, ce qui a contribué par le passé à des problèmes d’approvisionnement en eau. Étant donné que dans les zones centrales de la vallée de Lavant une nouvelle croissance de la population et des zones de peuplement est attendue, cela pourrait augmenter la consommation globale d’eau et donc accroître la vulnérabilité de l’approvisionnement en eau potable. La diminution de la disponibilité de l’eau combinée à des taux de prélèvement plus élevés pendant les périodes sèches et chaudes de l’été ont été reconnues comme une menace pour la continuité de l’approvisionnement en eau publique et ont créé un besoin important de mesures d’intervention de la part du secteur de la gestion de l’eau.

Les forêts couvrent jusqu’à 50 % de la superficie de la région, et en particulier les peuplements forestiers sur les pentes de montagne remplissent d’importantes fonctions de rétention d’eau et de protection en ce qui concerne les risques naturels. En raison de l’introduction extensive à des altitudes inférieures à 900 m dans le passé, l’épinette de Norvège est répartie bien au-delà de son aire de répartition naturelle et est de loin l’espèce d’arbre dominante dans la région. Étant donné que les épinettes préfèrent les sites frais et humides, ils ont déjà atteint, dans de nombreux endroits, les limites de leur tolérance dans les conditions climatiques actuelles. Les multiples contraintes climatiques sur ces forêts n’entraînent pas seulement des pertes de productivité, mais menacent également leur vitalité, leur stabilité écologique et la fourniture d’importants services écosystémiques des forêts, tels que la rétention d’eau, le stockage de l’eau et la protection contre les risques naturels gravitationnels.

Objectifs

L’objectif principal des mesures d’adaptation était de sécuriser les ressources en eau et l’approvisionnement public en eau à long terme. Les stratégies poursuivies ciblent à la fois l’offre et la demande de la gestion de l’eau potable. Du côté de l’approvisionnement, la réorganisation du système d’approvisionnement en eau au niveau régional, la construction de nouvelles infrastructures d’approvisionnement en eau et le développement de nouvelles ressources en eau visent à préserver la continuité de l’approvisionnement quantitatif public en eau, même en période de disponibilité naturelle réduite et de consommation maximale. Un autre objectif est de garantir l’approvisionnement en eau, même si l’une des installations locales doit échouer pour quelque raison que ce soit.

Du côté de la demande, un système d’alerte précoce, des actions d’information et de sensibilisation visent à encourager les comportements d’économie d’eau des citoyens et des ménages. Ces mesures d’adaptation ont principalement été prises en réponse aux impacts climatiques observés et aux pénuries d’eau, mais elles ont également été motivées par des projections climatiques défavorables et reflètent une approche préventive face aux incertitudes considérables en ce qui concerne les précipitations futures.

L’objectif des nouvelles mesures prises par le secteur de la gestion forestière est de réduire la vulnérabilité des forêts régionales aux changements climatiques, tels que le stress hydrique, l’intolérance à la chaleur, les infestations de dendroctones et la sensibilité aux dommages causés par les tempêtes, et de maintenir ou d’améliorer les fonctions de protection (conservation des inondations, stabilisation des pentes) et les capacités de stockage de l’eau des écosystèmes forestiers.

Solutions

Les principales activités d’adaptation dans la vallée de la rivière Lavant sont axées sur la sécurisation de l’approvisionnement public en eau. Ils sont complétés par d’autres mesures visant à réduire la demande en eau en influençant le comportement des utilisateurs d’eau. Des mesures d’adaptation ont été prises tant au niveau intercommunal, c’est-à-dire au niveau régional, qu’au niveau local des différentes municipalités. La mise en œuvre des mesures a commencé dès 1994; depuis lors, il s’est progressivement étendu et est un processus continu. Jusqu’à présent, les activités d’adaptation suivantes se sont avérées efficaces pour relever les défis liés aux pénuries d’eau dues au climat dans la région de la vallée de la rivière Lavant:

  • Mise en place du «réseau régional d’association de l’eau de la vallée de Lavant», un arrangement organisationnel pour l’approvisionnement régional en eau, à partir de 1994. En interconnectant les réseaux d’approvisionnement en eau des quatre municipalités de Wolfsberg, St. Andrä, St. Paul et St. Georgen, les pénuries d’eau dans chaque municipalité peuvent être compensées, la consommation de pointe peut être interceptée et les risques d’approvisionnement en eau sont partagés entre les municipalités et complètement réduits, y compris en prévoyant des licenciements infrastructurels en cas de défaillance du réseau. Aujourd’hui, le réseau d’association de l’eau possède un système de transport qui peut fournir un débit annuel de 260 000 m³. L’eau provient de 12 sources sur des terres privées; le prélèvement d’eau est assuré par le réseau d’associations de l’eau au moyen de contrats à long terme. Cette stratégie de gestion des risques s’est avérée fructueuse pour environ 42 000 consommateurs connectés au réseau public d’approvisionnement en eau.
  • La mise en place de l’infrastructure d’approvisionnement en eau du réseau a impliqué le développement de nouvelles ressources en eau dans la région et l’installation de nouveaux pipelines de transport. L’eau est extraite uniquement des sources naturelles, sans utiliser aucune installation de pompage. Un système central de contrôle à distance garantit que seules les quantités d’eau sont extraites qui sont réellement nécessaires pour maintenir l’approvisionnement. Ce n’est qu’en cas de pic de demande, que l’eau supplémentaire est détournée vers le système d’approvisionnement. L’eau provenant de sources développées qui n’est pas nécessaire pour couvrir la demande est autorisée à rester à l’intérieur du système hydrologique et à s’écouler dans les cours d’eau de surface naturels. Ces mesures garantissent que les incidences sur le bilan hydrique de l’environnement naturel sont aussi faibles que possible.
  • Des mesures globales d’infrastructure, d’organisation et de planification ont également été prises au niveau local. Dans la ville de Wolfsberg, de nouvelles sources d’eau, y compris des puits d’eau souterraine profonde, ont été développées et connectées au système d’approvisionnement public. Pour limiter l’extraction de l’eau des masses d’eau souterraines profondes, les puits respectifs ne sont commutés que dans des situations extraordinaires de goulets d’étranglement entre la demande et l’approvisionnement. L’infrastructure d’approvisionnement municipale a été modernisée et comprend actuellement 400 kilomètres de lignes d’approvisionnement, 83 sources, 29 réservoirs d’eau de haut niveau et 7 stations de traitement de l’eau UV. Pour se préparer aux situations de pénurie d’eau, un plan municipal de gestion des crises a été élaboré, prévoyant des mesures telles que la surveillance continue de l’approvisionnement en eau, le raccordement au réseau régional d’association de l’eau et le raccordement à la demande d’autres puits d’eau profonde. Un accord de coopération avec un fournisseur d’eau extra-municipal permet d’importer de l’eau potable supplémentaire, si cela s’avère nécessaire (BMLFUW 2016).

Parallèlement à l’adaptation de la gestion de l’approvisionnement en eau, les ouvrages municipaux d’eau de la région cherchent à gérer la demande d’eau en fournissant des informations sur la situation de l’approvisionnement en eau potable et des mesures d’économie d’eau à leurs clients. La ville de Wolfsberg dispose d’un système d’alerte précoce et fournit quotidiennement des données actualisées sur la situation de l’eau potable sur son site Web. Selon le niveau d’alerte précoce, différentes mesures d’économie d’eau sont recommandées. En cas de stress hydrique élevé, des mesures réglementaires entrent en vigueur, telles que l’interdiction de remplir les piscines, d’irriger les jardins et de laver les voitures. La sensibilisation aux questions relatives à la gestion de l’eau fait également partie intégrante du journal municipal et d’autres médias locaux.

Des mesures d’adaptation ont également été mises en place pour la gestion des forêts, qui a déjà été affectée par les effets du changement climatique. La gestion sylvicole vise à réduire la vulnérabilité climatique des forêts de la région en favorisant l’utilisation d’espèces d’arbres plus résistantes à la sécheresse et en créant des peuplements forestiers mixtes plus résilients au climat. Pour maintenir et restaurer les fonctions productives et non productives des forêts, les mesures d’adaptation visent à ajuster la composition des espèces d’arbres en remplaçant les épinettes norvégiennes très vulnérables par d’autres espèces d’arbres autochtones qui sont mieux adaptées aux changements des conditions climatiques locales. Des services consultatifs relevant de l’autorité régionale des forêts et un programme d’appui financier ont été mis en place pour encourager et promouvoir la gestion adaptative des forêts par les propriétaires forestiers. Le maintien et l’amélioration de la prestation des services écosystémiques, en particulier ceux liés à la rétention et au stockage de l’eau dans les écosystèmes forestiers, sont l’un des avantages escomptés du rétablissement de forêts saines et stables qui sont bien adaptées aux conditions climatiques actuelles et futures. Le couvert forestier sur les flancs de collines et les pentes de montagne a des effets importants sur la réduction du ruissellement des eaux de surface, contribuant ainsi de manière significative au renouvellement des eaux souterraines et à la diminution de l’accumulation d’inondations. Les mesures d’adaptation prises en matière de gestion forestière sont donc synergiques avec les objectifs d’adaptation poursuivis par le secteur de la gestion de l’eau.

Pertinence

Cas développé, mis en œuvre et partiellement financé en tant que mesure d'adaptation au changement climatique.

Détails supplémentaires

Participation des parties prenantes

La mise en place du «réseau régional d’associations de l’eau» peut être qualifiée de mesure de gouvernance de l’eau qui s’appuie sur la coopération intermunicipale. Les acteurs cruciaux de la coopération sont les municipalités, et leurs gestionnaires municipaux de l’eau, respectivement. Le gouvernement provincial de Carinthie a joué un rôle de facilitateur en établissant le cadre stratégique pour la gouvernance régionale de l’eau, en fournissant un soutien financier et en installant un réseau de surveillance hydrologique. Avant de fonder le «réseau régional de l’eau de la vallée de Lavant», le gouvernement a organisé un événement d’information pour la population locale. D’autres processus de participation du public n’ont pas eu lieu, mais les activités d’information continues des municipalités ont contribué à sensibiliser le public aux questions relatives à l’eau et à faire accepter les mesures par le public.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

Les activités du gouvernement provincial de Carinthie en ce qui concerne l’élaboration de politiques stratégiques à l’échelle de l’État pour l’approvisionnement en eau ont été un facteur de succès, car elles ont fourni un programme et un cadre d’établissement des tendances. Depuis 1984, les agences gouvernementales de Carinthie travaillent sur une stratégie d’approvisionnement en eau à l’échelle de l’État, présentant des données sur la disponibilité de l’eau et la demande en eau à l’échelle régionale. Sur la base de ces informations, des suggestions pour un approvisionnement en eau durable ont été préparées pour les municipalités. L’un des objectifs prioritaires était de connecter les réseaux d’approvisionnement en eau des municipalités. En outre, un réseau de surveillance de 200 stations hydrographiques a été mis en place dans l’ensemble de la province afin de détecter les tendances réelles des paramètres hydrologiques tels que les stocks d’eaux souterraines ou les schémas de ruissellement.

La fondation du «réseau régional d’association de l’eau de la vallée de Lavant» a d’abord évolué à partir de l’initiative d’une personne, consciente de la situation locale en matière d’approvisionnement en eau. La personne était un expert renommé de l’eau avec de bonnes connexions avec les décideurs concernés au niveau gouvernemental et politique. Cet engagement personnel fort a été un facteur de réussite crucial qui a fait avancer le projet et a permis à la région de relever ces défis à un stade précoce. Dans un premier temps, la fondation du réseau a été controversée et opposée par une partie de la population locale pour des raisons économiques. Mais les pénuries d’eau ces dernières années ont souligné l’importance du projet et contribué à accroître son acceptation. Les activités de sensibilisation à long terme des municipalités sur les questions relatives à l’eau et les mesures d’économie d’eau ont largement contribué au succès de la région.

L’un des principaux objectifs des mesures d’adaptation a été de créer des capacités stratégiques de réserve d’eau en cas de pénurie d’eau prononcée. Bien qu’il s’agisse de développer de nouvelles ressources en eau, des mesures sont en place pour éviter une surexploitation non durable, comme l’utilisation temporaire de sources d’eau supplémentaires en fonction de la demande, ainsi que la surveillance permanente de la situation du bilan hydrique. Au cœur du réseau régional d’associations de l’eau se trouve la raison d’être de la gestion des problèmes locaux d’approvisionnement en eau par la distribution régionale plutôt que par l’augmentation de la quantité globale d’extraction d’eau. Par le partage des ressources en eau communes, les réactions locales non coordonnées et individuelles, comme l’exploitation de chaque petite source au sein d’une municipalité, doivent être évitées.

Malgré toutes les activités menées par le réseau d’associations de l’eau, les étés extrêmement chauds et secs dans le passé (par exemple 2003) ont clairement montré qu’il n’y a qu’une quantité limitée d’eau disponible, ce qui ne couvre pas en permanence les besoins des municipalités. Le réseau (avec les municipalités) cherche maintenant de nouvelles alternatives pour améliorer la sécurité de l’approvisionnement en eau dans la région. L’une des options actuellement envisagées est l’extension interrégionale du réseau d’associations de l’eau. La connexion du réseau d’approvisionnement en eau d’un plus grand nombre de régions aux caractéristiques climatiques et géologiques différentes pourrait conduire à une plus grande sécurité d’approvisionnement pendant les périodes de risque.

Les mesures d’adaptation décrites dans la présente étude de cas ne sont efficaces que pour les ménages raccordés au réseau public d’approvisionnement en eau. Cependant, des pourcentages variables de ménages situés dans des endroits défavorables dans les zones municipales dépendent de l’approvisionnement en eau individuel des puits privés. En raison des schémas d’implantation très dispersés dans les zones périphériques et des coûts élevés pour le secteur public, il n’est pas possible de relier ces ménages au réseau public d’eau. La vulnérabilité de ce groupe de population aux pénuries d’eau continue d’être élevée et devrait augmenter à l’avenir.

Coûts et bénéfices

Les mesures d’adaptation prises au niveau régional ont jusqu’à présent permis de préserver l’approvisionnement en eau d’environ 42 000 consommateurs connectés au réseau public d’approvisionnement en eau. Les mesures prises par les autorités municipales responsables de la gestion locale de l’eau dans la capitale du district de Wolfsberg ont assuré l’approvisionnement en eau de plus de 7 000 ménages à long terme. L’accès continu à l’eau potable dans des conditions de changement climatique est une condition indispensable au maintien des niveaux de population régionale, du bien-être social et du potentiel de développement régional durable.

Le «réseau régional d’association de l’eau de la vallée de Lavant» a été créé en vertu de la loi fédérale autrichienne de 1959 sur l’eau.

En cas de stress hydrique élevé, des mesures réglementaires des municipalités interdisant certaines formes de consommation d’eau par les citoyens (remplissage de piscines, lavage de voitures, irrigation de jardins) entrent en vigueur.

Temps de mise en œuvre

Le «réseau d’association de l’eau de la vallée de Lavant» a été fondé en 1994. Au cours des années suivantes, plusieurs travaux de construction ont été achevés (p. ex., tours d’eau, réservoirs d’eau, pipelines, retenues de sources). La mise en œuvre de nouvelles mesures s’est progressivement étendue et est toujours en cours.

Durée de vie

Le «réseau régional d’association de l’eau de la vallée de Lavant» a été institutionnalisé en tant qu’organisme permanent de gestion de l’eau en vertu de la législation fédérale sur l’eau. Toutes les constructions et les mesures d’infrastructure sont des investissements à long terme. Étant donné que l’entretien et le renouvellement réguliers font partie des tâches régulières des institutions responsables (réseau d’associations régionaux et ouvrages hydrauliques de la Ville de Wolfsberg), cela implique un cycle de vie de 100 ans et plus.

Informations de référence

Contacter

Silvia Smuck
Manager Water Association Network Lavant Valley
Wasserwerk Lavanttal
Unterrain 63, 9433 St. Andrä, Austria
Tel.: 0043(0)4358 4529
Fax: 0043(0)4358 21581
E-Mail: verbundschiene@aon.at

Ulrike Marinelli
Wolfsberger Stadtwerke
Schwabenhofstraße 4
9400 Wolfsberg
Tel.: +43 4352/51300-384
E-Mail: ulrike.marinelli@wolfsberg.at 

Référence
Wasserverband Verbundschiene Lavanttal and Wolfsberger Stadtwerke

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Mar 07 2024


Veuillez nous contacter pour toute autre enquête sur cette étude de cas ou pour partager une nouvelle étude de cas (email climat.adapt@eea.europa.eu a >)

Actions sur le document