Accueil Base de données Options d’adaptation establishment-of-early-warning-systems

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).
Adaptation option

Les systèmes d’alerte précoce (EWS) sont des éléments clés de l’adaptation au changement climatique et de la réduction des risques de catastrophe, et visent à éviter ou à réduire les dommages causés par les dangers. Pour être efficaces, les systèmes d’alerte précoce doivent associer activement les personnes et les communautés à risque, faciliter l’éducation et la sensibilisation du public aux risques, diffuser efficacement des messages et des avertissements et veiller à ce qu’il y ait un état de préparation constant et que des mesures rapides soient prises. L’importance d’un système d’alerte précoce efficace réside dans la reconnaissance de ses avantages par la population locale.

Les systèmes d’alerte précoce pour les risques liés au climat doivent reposer sur des bases scientifiques et techniques solides et se concentrer sur les personnes ou les secteurs les plus exposés au risque. Cela implique l’adoption d’une approche systémique intégrant tous les facteurs de risque pertinents, qu’ils résultent des dangers climatiques ou des vulnérabilités sociales, et des processus à court ou à long terme. Les systèmes d’alerte précoce comprennent la détection, l’analyse, la prédiction, puis la diffusion des avertissements, suivi de la prise de décision et de la mise en œuvre des réponses. De tels systèmes sont en place, dans de nombreuses régions du monde, pour surveiller, prévoir et avertir les gens des cyclones tropicaux, des inondations, des tempêtes, des tsunamis, des avalanches, des tornades, des orages violents, des éruptions volcaniques, de la chaleur et du froid extrêmes, des incendies de forêt, de la sécheresse, etc. Pour être efficace et complet, un système d’alerte précoce doit comprendre quatre éléments interagissants: (I) connaissance des risques, ii) services de surveillance et d’alerte, iii) diffusion et communication et iv) capacité de réaction.

En Europe, il existe une expérience considérable des systèmes d’alerte précoce, en particulier en ce qui concerne les risques d’inondation et d’inondation éclair, les tempêtes, les incendies de forêt, les vagues de chaleur et les sécheresses. Les systèmes d’alerte précoce sont directement pertinents pour divers secteurs qui sont principalement touchés par les risques liés au climat tels que la santé, la réduction des risques de catastrophe, l’agriculture, la sylviculture, les bâtiments, les zones côtières et urbaines. D’autres peuvent indirectement bénéficier de systèmes d’alerte précoce tels que le secteur des transports, si les routes ou les chemins de fer sont fermés à l’avance avant que les humains ne soient affectés négativement, ou le tourisme, lorsqu’ils veillent à ce que les groupes touristiques soient avertis d’accéder à une certaine zone ou d’éviter les activités de plein air pendant les périodes météorologiques extrêmes.

Certains SAP fournissent des services et des produits pour plus d’un risque spécifique lié au climat. Meteoalarm est un effort conjoint d’EUMETNET (The Network of European Meteorological Services) qui fournit des alertes en Europe en cas d’événements météorologiques extrêmes, y compris de fortes pluies avec risque d’inondation, d’orages violents, de vents violents, de vagues de chaleur, d’incendies de forêt, de brouillard, de neige ou de froid extrême avec des blizzards, des avalanches ou de fortes marées côtières. Le Copernicus Climate Change Service (C3S) fournit des données climatiques fiables de haute qualité et des informations adaptées aux secteurs socio-économiques au niveau européen, qui sont certainement pertinents pour l’adaptation au changement climatique. En outre, le centre de données sur les risques du Centre de connaissances sur la gestion des risques de catastrophe (DRMKC) géré par la DG JRC fournit des données sur les risques à l’échelle de l’UE via l’hébergement d’ensembles de données et en établissant des liens avec des plateformes nationales.

D’autres SAP se concentrent sur des risques et/ou secteurs spécifiques liés au climat, y compris les exemples à l’échelle européenne mentionnés dans le texte suivant. Outre ces initiatives à grande échelle, les SAP ont été conçus et mis en œuvre à des niveaux inférieurs (nationaux, infranationaux et locaux), par exemple: (I) Autriche, où un SAP pour le transport ferroviaire a été mis au point (ii) la Macédoine du Nord se concentre sur les vagues de chaleur et fait partie des actions mettant en œuvre le plan d’action national pour le cicatrisation thermique; III) Tatabanya ( Hongrie), pour alerter les vagues de chaleur urbaines et les incendies de forêt; IV) Région d’Émilie-Romagne (Italie), où un portail Web régional sur les alertes météorologiques a été mis au point parallèlement à l’élaboration et à l’amélioration de technologies de surveillance hydrométéorologique en temps réel et à un programme généralisé de communication des risques, et v) Sogn og Fjordane (Norvège) s’occupant de multiples dangers (avalanches, glissements de terrain, ondes de tempête et inondations).

Vagues de chaleur et chaleur extrême

L’Europe a connu plusieurs vagues de chaleur estivales extrêmes depuis 2000 (voir l’indicateur «Température mondiale et européenne»de l’EEE), qui ont entraîné une mortalité élevée et des impacts socio-économiques. Les vagues de chaleur devraient devenir plus fréquentes et durer plus longtemps en Europe au cours de ce siècle et dans tous les scénarios RCP. Dans un scénario d’émissions élevées (RCP8.5) des vagues de chaleur très extrêmes (beaucoup plus fortes que les vagues de chaleur de 2003 ou de 2010) devraient se produire aussi souvent que tous les deux ans dans la seconde moitié du21e siècle. Les impacts seront particulièrement importants dans le sud de l’Europe. En réponse à ce risque pour la santé humaine, ainsi que pour divers secteurs pertinents pour l’économie, de nombreux pays ont introduit des systèmes d’alerte précoce liés à la chaleur comme option d’adaptation. À l’échelle européenne, EuroHEAT agit comme un outil d’aide à la décision en matière d’information climatique pour la chaleur et est accompagné d’un document d’orientation.

Sécheresse

La gravité et la fréquence des sécheresses semblent avoir augmenté dans certaines parties de l’Europe (voir l’indicateur «Terreurs météorologiques et hydrologiques»de l’EEE), en particulier dans les régions du sud et du sud-est. Les sécheresses devraient augmenter en fréquence, en durée et en gravité dans la majeure partie du continent. Selon le RE5 du GIEC, l’augmentation la plus forte est prévue pour le sud de l’Europe, où la concurrence entre les différents utilisateurs d’eau, tels que l’agriculture, l’industrie, le tourisme et les ménages, devrait augmenter. L’ Observatoire européen de la sécheresse (EDO) contient des informations relatives à la sécheresse provenant de différentes sources de données. Différents outils permettent d’afficher et d’analyser les informations relatives à la sécheresse, tandis que le service «Drought News» fournit une vue d’ensemble de la situation en cas de sécheresse imminente.

Inondation

Le nombre d’inondations très graves en Europe a augmenté au cours de la période 1980-2010, mais avec une grande variabilité interannuelle due à des causes différentes: amélioration des rapports, changements dans l’affectation des sols et augmentation des fortes précipitations dans certaines parties de l’Europe. Le changement climatique devrait intensifier le cycle hydrologique et augmenter l’occurrence et la fréquence des inondations dans de grandes parties de l’Europe. Les inondations pluviales et les crues soudaines, qui sont déclenchées par d’intenses précipitations locales, sont susceptibles de devenir plus fréquentes dans toute l’Europe (voir l’indicateur «Inondations fluviales»de l’EEE). Les ondes de tempêtes côtières et les inondations sont les phénomènes météorologiques extrêmes les plus fréquents et les plus coûteux qui se produisent en Europe, ce qui représente 69 % des pertes naturelles catastrophiques globales. En 2010, par exemple, la France n’a guère été touchée par la tempête hivernale Xynthia, avec 51 victimes et dommages de plus de 1,5 milliard d’euros (AEE, 2013). L’amélioration de la capacité de prévoir les rejets de pointe reste la mesure non structurelle la plus pertinente pour la protection contre les inondations. Des délais d’alerte aux inondations de 3 à 10 jours permettent de mettre en place les mesures de protection civile et d’urgence nécessaires, en minimisant les conséquences en termes de vies humaines et de pertes économiques. Le système européen de sensibilisation aux inondations (EFAS) soutient les mesures préparatoires avant les inondations majeures, en particulier dans les grands bassins fluviaux transnationaux et dans toute l’Europe en général. EFAS a été développé et testé au Centre commun de recherche en étroite collaboration avec les services hydrologiques et météorologiques nationaux, la protection civile européenne et d’autres instituts de recherche.

Feu

Le risque d’incendie dépend de nombreux facteurs: les changements climatiques, la végétation, les pratiques de gestion forestière et d’autres facteurs socio-économiques. Dans un climat plus chaud, des incendies plus violents et, par conséquent, une extension de la zone exposée aux incendies et des saisons de feu plus longues sont projetés dans toute l’Europe. L’impact des incendies est particulièrement important dans le sud de l’Europe (voir l’indicateur «incendies de forêt» de l’EEE). Le système européen d’information sur les incendies de forêt (EFFIS) soutient les services chargés de la protection des forêts contre les incendies dans les pays de l’UE et fournit aux services de la Commission européenne et au Parlement européen des informations actualisées et fiables sur les incendies de forêt. EFFIS exécute un module qui génère des cartes quotidiennes de 1 à 9 jours de niveau de danger d’incendie prévu à l’aide de prévisions météorologiques numériques. Le module est actif toute l’année, bien que le cœur de la saison des feux de forêt soit, dans la plupart des pays, du 1er marsau 31octobre.

Risques liés à la santé: maladies à transmission vectorielle et aéroallergène

La mondialisation et les changements environnementaux, les déterminants sociaux et démographiques et la capacité du système de santé sont des moteurs importants des maladies infectieuses qui peuvent également servir de précurseurs épidémiques. Ainsi, le suivi des changements dans ces facteurs peut aider à anticiper, voire prévoir, une recrudescence des maladies infectieuses. Le changement climatique peut modifier l’éventail géographique des maladies à transmission vectorielle en Europe, de sorte que l’alerte précoce devient encore plus importante (voir l’indicateur «maladies à transmissionvectorielle» de l’EEE). Un prototype de systèmes d’alerte précoce pour les maladies Vectoro-Borne en Europe est proposé pour le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC): les facteurs environnementaux/climatiques et socio-économiques en amont des maladies peuvent fournir le délai nécessaire à une réaction rapide en matière de santé publique afin de contenir les coûts humains et financiers associés à l’émergence et à la propagation de maladies d’origine vectorielle dans l’UE.

La hausse des températures causée par le changement climatique signifie que les plantes et les arbres fleurissent plus tôt et plus longtemps, ce qui prolonge la souffrance de nombreuses personnes souffrant d’allergies au pollen. Le réseau européen d’aéroallergènes (EAN) est un bassin de données sur les pollens et les spores fongiques des services européens d’information sur le pollen, des sites de mesure individuels et des fournisseurs de données en dehors de l’Europe. Le réseau couvre 38 pays et plus de 600 sites de mesure. La base de données EAN est l’outil de base pour les prévisions polliniques et donc indispensable pour le service d’information sur le pollen dans toute l’Europe. Le développement des activités de service au cours des dernières années (y compris les cartes de charge européennes, le journal de pollen pour les personnes souffrant d’allergies au pollen et les informations personnalisées sur le pollen) n’aurait pas été possible sans la base de données européenne sur le pollen. Le service de surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS) a formé un partenariat avec le réseau européen d’aéroallergènes (EAN) et explore les technologies pour fournir des observations automatiques de pollen en temps quasi réel dans toute l’Europe.

Détails supplémentaires
Informations de référence

Détails d'adaptation

Catégories du GIEC

Social: information, Structurel et physique: options technologiques

Participation des parties prenantes

Pour maintenir un système d’alerte précoce, il est nécessaire de disposer d’un engagement politique fort et de capacités institutionnelles durables, qui dépendent à leur tour de la sensibilisation du public. La sensibilisation et le soutien du public sont souvent élevés immédiatement après une catastrophe majeure; ces moments peuvent être capitalisés pour renforcer et garantir la durabilité des systèmes d’alerte précoce. L’utilisation incorrecte d’un système d’alerte précoce pourrait entraîner une augmentation significative des effets sur la population touchée. Une communication et une fiabilité correctes de l’institution sont une condition préalable fondamentale pour un système d’alerte précoce efficace. L’alerte précoce doit également être évaluée conjointement avec ses utilisateurs, afin de s’assurer que les informations fournies sont ciblées sur les besoins des utilisateurs et que les mesures attendues sont prises sur la base des informations fournies. Un certain degré de co-développement et de co-conception avec les utilisateurs est donc pertinent.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

L’analyse et la préparation de l’information sont des points particulièrement critiques d’une chaîne d’alerte précoce. Les décideurs responsables sont généralement confrontés à d’énormes quantités de données structurées et non structurées. Pour permettre une alerte précoce fiable, les données disponibles doivent être présélectionnées, analysées et préparées. Les décideurs devraient disposer d’une quantité fiable et gérable d’informations pour prendre des mesures préventives. Les limitations comprennent également l’absence de prise en compte de facteurs de confusion non climatiques, une résolution géographique ou temporelle limitée, ou l’absence d’évaluation de la validité prédictive.

L’un des principaux défis du SAP est la mise en place d’arrangements institutionnels clairs et de capacités aux niveaux national et local qui favorisent le développement durable de la capacité d’intervention publique et institutionnelle. La compréhension et la confiance du public à l’égard du système s’accompagnent d’une connaissance et d’une sensibilisation de la part des utilisateurs finaux du système et d’un rendement convaincant de la part du fournisseur de services publics.

Coûts et bénéfices

Les systèmes d’alerte précoce sont généralement des mesures non structurelles rentables. Leur coût, non négligeable en termes absolus, est extrêmement faible par rapport au montant potentiel des pertes que ces systèmes permettent de réduire. Des ressources sont nécessaires pour maintenir le système et l’améliorer davantage. En outre, le système d’alerte précoce ne fonctionne bien que si le réseau de stations météorologiques et hydrologiques est bien établi et maintenu en conséquence. La disponibilité d’autres informations actualisées est tout aussi importante pour les systèmes d’alerte précoce ciblés, par exemple dans le cas des maladies à transmission vectorielle, des aéroallergènes, de l’état de la végétation, etc.

Les systèmes d’alerte précoce sont une mesure d’adaptation importante au changement climatique, utilisant des systèmes de communication intégrés pour aider divers secteurs et communautés à se préparer aux événements liés au climat. Un SAP réussi sauve des vies, des infrastructures, des terres et des emplois et favorise la durabilité à long terme. Les systèmes d’alerte précoce visent à aider les fonctionnaires et les administrateurs du secteur public ainsi que les acteurs du secteur privé, les communautés et les individus dans leur planification, à économiser de l’argent à long terme et à protéger les économies.

Les systèmes européens et paneuropéens d’alerte précoce et de détection des catastrophes naturelles provoquées par les conditions météorologiques (tels que l’EFAS, l’EFFIS et l’Observatoire européen de la sécheresse) apportent une valeur ajoutée qui va au-delà des efforts nationaux en faveur de la coopération transfrontalière.

Du point de vue financier, l’UE a fourni des investissements cohérents dans les stratégies liées au système d’alerte précoce. Par exemple, COPERNICUS est le programme européen pour la mise en place d’une capacité européenne d’observation de la Terre. Les services de Copernicus, par exemple les services COPERNICUS en matière de changement climatique, sont dédiés à la surveillance et à la prévision des sous-systèmes de la Terre et contribuent directement à la surveillance du changement climatique. Les services Copernicus traitent également des services de gestion des urgences (par exemple en cas de catastrophe naturelle, d’incendies de forêt, d’accidents technologiques ou de crises humanitaires) et de questions liées à la sécurité (par exemple, surveillance maritime, contrôle des frontières).

Une politique axée sur des risques spécifiques liés au climat peut jouer un rôle dans le développement du SAP. Par exemple, les directives-cadres de l’UE sur les inondations et l’eau prévoient que les systèmes de prévision des inondations et d’alerte précoce sont pris en considération dans les plans de gestion des risques d’inondation. En fait, de meilleures prévisions d’inondations sont au programme national d’adaptation de nombreux pays européens. Un autre exemple est celui de l’EFAS, qui est pleinement conforme à la communication de la Commission intitulée «Vers une réaction plus forte en cas de catastrophe de l’Union européenne», adoptée et approuvée par le Conseil en 2010, qui souligne l’importance de renforcer les actions concertées en cas de catastrophes naturelles, y compris les inondations, qui comptent parmi les catastrophes naturelles les plus coûteuses de l’UE.

Temps de mise en œuvre

La conception et la mise en œuvre d’un système d’alerte précoce nécessitent généralement de 1 à 5 ans, en fonction de l’objectif et des caractéristiques spécifiques du système.

Durée de vie

La durée de vie du SAP est généralement longue; toutefois, cela dépend du financement disponible pour la maintenance et la mise à jour du SAP ainsi que pour la maintenance du réseau de mesure supportant le système d’alerte précoce.

Informations de référence

Références:

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Nov 07 2023

Actions sur le document