Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).
Adaptation option

Balles de mer et jetées

Une digue est une structure en béton, maçonnerie ou pieux de tôle, construite parallèlement au rivage lors de la transition entre la plage et le continent ou la dune, pour protéger la zone intérieure contre l’action des vagues et prévenir l’érosion côtière. Les digues sont généralement des structures massives conçues pour résister aux ondes de tempête. La hauteur d’une digue couvrira au moins la différence entre le niveau de la plage et le continent, bien que les digues soient généralement construites plus haut pour protéger la terre contre le dépassement des vagues. Les digues sont également utilisées pour stabiliser l’érosion des falaises et protéger les routes et les colonies côtières. La crête du mur s’étend souvent dans une partie couverte de pierre qui peut être utilisée pour une route, une promenade ou une aire de stationnement. Une digue crée une séparation distincte entre la plage et le continent. On trouve souvent des digues dans le cas de plages étroites ou escarpées, où un brise-lames typique est trop grand ou pas économique.

Une plate-forme de quai sur des pieux en bois ou en béton construits dans la mer pour protéger un canal de navigation et permettre l’accostage des navires. Il n’a généralement pas de fonction de protection à terre (ce que font plutôt les brise-lames). Les jetties parallèles sont souvent construites pour délimiter un canal de navigation. Les jetées auront une incidence sur le transport à longue distance des sédiments et des processus écologiques (voir le succès et les facteurs limitatifs). Les jetées peuvent être construites avec du béton, de la pierre, du bois ou de l’acier. Les jetées ne sont généralement pas des mesures d’adaptation en soi, mais peuvent être reliées à des digues ou à d’autres structures de défense côtière dure.

Détails supplémentaires
Informations de référence

Détails d'adaptation

Catégories du GIEC

Structurel et physique: ingénierie et environnement bâti

Participation des parties prenantes

Si une EIE est entreprise, la directive de l’UE prévoit le droit d’accéder à l’information et de participer aux procédures décisionnelles en matière d’environnement au public concerné par le projet. Si un projet peut avoir une incidence significative sur un site Natura 2000, l’«évaluation appropriée» du projet d’infrastructure peut inclure un processus de participation du public, bien que cela ne soit pas obligatoire. De même, la directive sur les inondations, les directives-cadres sur l’eau et la directive sur l’aménagement du territoire maritime établissent des processus de participation du public qui peuvent être pertinents pour ces projets.

Plusieurs catégories de parties prenantes peuvent être affectées par le renforcement des digues ou des jetées. Une digue ainsi qu’une jetée peuvent affecter négativement le paysage et l’utilisation de la plage, ou peuvent être utilisées pour élargir artificiellement la plage pour créer un espace récréatif. Les touristes et l’industrie du tourisme ainsi que d’autres utilisateurs de loisirs seront donc touchés. Cependant, la protection contre les inondations offerte par la digue peut bénéficier aux colonies et aux activités économiques.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

Facteurs de succès:

  • Une digue offre un haut degré de protection contre les inondations côtières et l’érosion.  Il fixe la frontière entre la mer et la terre qui peut être bénéfique si des infrastructures ou des bâtiments importants sont situés sur le rivage.
  • Les digues ont un besoin d’espace inférieur à celui des autres défenses côtières telles que les digues. Les digues peuvent être renforcées pour faire face à l’élévation du niveau de la mer, ce qui nécessite simultanément un élargissement de la fondation.
  • Le haut niveau de sécurité assuré par une digue peut favoriser le développement de l’arrière-pays. La crête de la digue s’étend souvent dans une partie recouverte de pierre offrant d’autres fonctions, par exemple la route, la promenade ou les places de stationnement.
  • Des jetées suffisamment longues limiteront l’envasement dans un canal d’entrée ou de navigation, gardant ainsi une profondeur suffisante dans le chenal.

Facteurs limitatifs:

  • Les structures artificielles telles que les digues et les jetées peuvent avoir des effets néfastes sur l’environnement côtier. En raison de leur emplacement perpendiculaire à la terre, les jetées peuvent perturber la dérive sur le long de la côte et causer une érosion à la dérive descendante (A titre d’atténuation, l’accumulation de sable le long des jetées peut être redistribuée ailleurs sur le rivage.) Plus la jetée est longue, plus son impact est important sur les zones adjacentes.
  • Les digues interfèrent souvent avec les processus naturels tels que la migration de l’habitat, provoquant la réduction des habitats intertidales. Cependant, ces effets dépendent beaucoup de la direction principale du transport des vagues et des sédiments et de la conception de la digue. Le choix des défenses côtières se fera en fonction des conditions propres au site et des objectifs primaires et secondaires (tels que la protection des vagues, la stabilisation des routes, la conservation de l’espace et les capacités d’amarrage). Lorsque suffisamment d’espace est disponible et qu’il n’existe aucun conflit avec d’autres objectifs primaires ou secondaires, des mesures vertes (telles que la nourriture des plages et la restauration des dunes) sont souvent préférées.
  • Souvent, les digues n’arrêtent pas l’érosion devant la structure, mais préviennent l’érosion des dunes et de l’arrière-pays. Les digues verticales reflètent souvent l’énergie des vagues au lieu de la dissiper, ce qui rend le littoral plus sujet à l’érosion. De nombreuses digues ont donc été conçues plus récemment pour intégrer les pentes.
  • Lorsque les digues sont régulièrement dépassées, ou lorsque cela se produit dans des tempêtes majeures, l’eau peut enlever le sol ou le sable derrière le mur et l’affaiblir.  Le dépassement de l’eau sature le sol et augmente les pressions du côté terrestre, ce qui peut provoquer un effondrement structurel. L’élévation du niveau de la mer et le dépassement potentiel doivent être pris en compte dans la construction de la digue. En général, l’érosion continue peut saper le pied de la structure et menacer sa stabilité.
  • Les digues peuvent avoir un impact négatif sur le paysage et réduire l’attractivité du paysage. Cependant, les digues ont également été utilisées, avec plus ou moins de succès, pour élargir artificiellement une plage sur des rives escarpées pour créer un espace récréatif.

Coûts et bénéfices

Les coûts de construction sont élevés, mais ces structures nécessitent généralement un faible entretien. Les coûts de construction varient en fonction de la forme des structures de digues: le volume de la digue dépend du niveau de crête requis, du niveau de fondation, de la charge des vagues et des taux acceptables de dépassement. Aux Pays-Bas, on estime qu’une digue coûterait entre 300 et 500 EUR par m³ de béton (Deltares, 2014). Les coûts liés aux jetées sont estimés à 10 000 à 20 000 EUR par mètre courant aux Pays-Bas; les coûts dépendent principalement de la profondeur de l’eau et de la disponibilité des roches (Deltares, 2014).

Les estimations faites par Scottish Natural Heritage en 2000 montrent qu’au Royaume-Uni, les coûts variaient à l’époque entre 200 000 £ et 500 000 £ (250.000-625 000 EUR)/100m de longueur pour les digues et les revetements imperméables. L’Agence anglaise de l’environnement (2007), indique un coût moyen de construction pour les digues de 2,65 millions de dollars des États-Unis (aux niveaux des prix de 2009; environ 1,85 million d’euros), y compris les coûts directs de construction, les frais généraux directs, les coûts des travaux de construction associés, les travaux connexes mineurs, les travaux temporaires, les événements de compensation et les coûts de retard. Aucune indication sur la longueur de la digue n’a été fournie. Ces sources et d’autres indiquent que les coûts des digues varient selon le type de construction, les dimensions, la disponibilité et la proximité des matériaux de construction, les taux prévus d’érosion et de charge des vagues, les installations telles que les passerelles et les marches ou les glissières.

La construction d’ouvrages côtiers pour atténuer l’érosion et les défenses en mer «capables de modifier la côte», telles que les digues et les jetées, figurent à l’annexe II de la directive EIE (codifiée sous le nom de directive 2011/92/UE): Les États membres décident si les projets figurant à l’annexe II devraient faire l’objet d’une procédure d’EIE, soit au cas par cas, soit en termes de seuils et de critères. Toutefois, cette exigence n’affecte pas l’entretien et la reconstruction de ces ouvrages. Tout projet d’infrastructure susceptible d’avoir une incidence significative sur un site Natura 2000 doit faire l’objet d’une «évaluation appropriée de ses incidences sur le site» afin de déterminer si le projet portera atteinte à l’intégrité du site.

La directive-cadre sur l’eau appelle au bon état des masses d’eau de l’Europe, y compris les eaux côtières. Les défenses côtières pourraient modifier les caractéristiques hydromorphologiques des eaux côtières — par exemple en termes d’écoulement de l’eau, de composition et de mouvement des sédiments — et donc de détérioration de l’état écologique. Tout projet qui le ferait devrait répondre aux critères énoncés à l’article 4, paragraphe 7, de la directive. La directive de l’UE sur les inondations (2007/60/CE) fournit un cadre juridique pour les actions en cas d’inondation et la défense. La construction et la restauration des digues pourraient faire partie des mesures prévues dans le cadre du plan de gestion des risques d’inondation. La directive 2014 sur la planification de l’espace maritime exige que l’on tienne compte des interactions entre terre et mer, ainsi que des activités maritimes et de l’adaptation au changement climatique. Les digues et les jetées pourraient affecter ces interactions terre/mer.

Temps de mise en œuvre

Selon la complexité de la structure 5 à 20 m par jour peut être réalisé pendant la phase de construction. La préparation avant la construction pourrait doubler le temps de mise en œuvre.

Durée de vie

Généralement, 30-50 ans d’espérance de vie avant réparation majeure.

Informations de référence

Références:

Fiche d’information fournie par le projet OURCOAST II

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Aug 17 2023

Actions sur le document