Accueil Base de données Études de cas Plateforme de financement participatif de Gand réalisant l’adaptation au changement climatique grâce à l’écologisation urbaine

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
The European Climate and Health Observatory is undergoing reconstruction until June 2024 to improve its performance. We apologise for any possible disturbance to the content and functionality of the platform.
Études de cas

Plateforme de financement participatif de Gand réalisant l’adaptation au changement climatique grâce à l’écologisation urbaine

Plateforme de financement participatif de Gand réalisant l’adaptation au changement climatique grâce à l’écologisation urbaine

Gand vise à créer plus d’espaces verts en réponse au changement climatique et cherche activement la participation des citoyens pour y parvenir. Cela est conforme au fait que la ville est très sociale et créative, car de nombreux citoyens développent activement des initiatives ascendantes. Bon nombre de ces projets à petite échelle ont cependant du mal à se transformer en projet réussi grâce aux mécanismes de financement disponibles. Par conséquent, Gand a développé une plateforme de crowdfunding qui permet aux citoyens de proposer et de financer leurs idées pour la ville.

Aujourd’hui, deux projets portant sur l’adaptation au changement climatique ont été réalisés avec succès avec le soutien de la plateforme crowdfunding.gent; un projet encourageant l’agriculture urbaine et l’autre la réalisation de rues comestibles. Les projets peuvent sembler modestes lorsqu’il s’agit de relever les défis liés au changement climatique. Cependant, la plateforme de financement participatif est considérée comme un excellent instrument pour réaliser de petites «gouttes» de mesures d’adaptation au changement climatique qui ont la possibilité de générer des effets d’entraînement plus importants.

Description de l'étude de cas

Défis

Gand, comme de nombreuses villes du nord-ouest de l’Europe, est confrontée aux impacts du changement climatique. La ville subit des effets négatifs en raison des précipitations excessives et de la hausse des températures. La température moyenne en Belgique a augmenté de 2,2 °C depuis la période préindustrielle (source: site web de la ville de Gand). Le nombre moyen de vagues de chaleur en Belgique est passé d’une fois tous les 3 ans à une fois par an. La ville de Gand elle-même éprouve des problèmes de stress thermique. Une étude sur les effets de la chaleur et des îles urbaines à Gand a démontré que d’autres zones vertes peuvent aider à remédier à ces effets (source: Maiheu et al., 2013). La ville développe donc activement des politiques pour augmenter son nombre d’espaces verts. Des exemples de mesures qui sont particulièrement encouragées sont les toits verts et les arbres urbains.

Pour réaliser ces mesures, Gand est à la recherche d’opportunités d’impliquer activement ses citoyens. Gand est une ville très sociale et créative où les citoyens participent activement au développement d’initiatives ascendantes. Cependant, bon nombre de ces projets ont du mal à se transformer en projet réussi en raison d’un manque de moyens financiers et de savoir-faire. Bien que la ville et la société disposent de fonds, le défi consiste à rendre ces fonds accessibles pour des projets à petite échelle. Les mécanismes de financement traditionnels, tels que les subventions ou les incitations fiscales, sont moins adaptés à ces types de projets en raison des connaissances et des conditions requises. Dans le même temps, la ville veut stimuler les partenariats de co-création plutôt que de financer pleinement les initiatives. De plus, la ville veut s’assurer que les initiatives qui reçoivent un financement sont soutenues par la communauté. Le défi pour la Ville de Gand réside donc dans le développement d’un instrument permettant de financer des initiatives à petite échelle, tout en le gardant accessible et en offrant la possibilité d’impliquer de multiples parties prenantes.

Objectifs

La ville de Gand a entrepris de développer un instrument politique pour soutenir la facilitation de la cocréation, y compris son application pour l’adaptation au changement climatique. L’instrument devrait être en mesure d’avoir une incidence (financière) plus large que les subventions ou les incitations fiscales. La co-création implique la participation de multiples parties prenantes. Ces intervenants devraient avoir la possibilité de contribuer financièrement, en faisant du bénévolat ou en faisant de la publicité pour le projet. Tous ces éléments sont essentiels à la réussite d’un projet. L’objectif de la ville de Gand est donc de développer un instrument permettant d’identifier les idées de la communauté et de contribuer à leur réalisation.

Solutions

La ville de Gand a développé une plateforme de financement participatif qui permet aux citoyens de partager leurs idées et de lever les fonds nécessaires pour les réaliser. Les idées peuvent varier et inclure l’augmentation de la capacité d’adaptation de la ville. La personne qui soumet une idée devient un «initiateur de projet». Cette personne doit fournir une brève description et un objectif de financement pour le projet. Les personnes qui apportent un soutien financier à un projet sont connues sous le nom de «supporters». Leur don minimum est de 5 EUR. Le montant donné par idée est considéré comme un indicateur du soutien communautaire; seuls les projets bénéficiant d’un soutien communautaire suffisant deviendront financièrement viables. Le crowdfunding.gent met l’accent sur les projets présentant un avantage sociétal, ce qui distingue la plate-forme des autres plateformes de crowdfunding. La plateforme a été lancée le 16 mars 2015.

Les projets peuvent être publiés sur la plateforme grâce à un processus simple. Chaque citoyen de Gent ou personne ayant une idée située à Gand peut soumettre un projet en remplissant le formulaire de candidature crowdfunding.gent. Le projet devient visible sur la plateforme une fois qu’il est approuvé par le gestionnaire de plateforme, qui est désigné par la ville. Il vérifie si la proposition de projet répond à un ensemble d’exigences prédéfinies. Par exemple, «le projet apporte une contribution positive à la ville ou à l’un de ses quartiers» et «Le projet doit transcender les intérêts individuels». Le gestionnaire de la plate-forme peut fournir des commentaires aux candidats sur la façon d’améliorer les chances de réussite de leur projet. Le projet est publié une fois que le demandeur a apporté les modifications nécessaires. A partir de ce moment, les supporters peuvent faire un don aux projets pendant une période de temps prédéfinie. Les projets reçoivent leurs dons collectés dans un délai d’un mois après la date limite de financement, à condition que le montant soit supérieur à 20 EUR. Il n’est pas nécessaire d’atteindre l’objectif de préfinancement, car l’expérience a démontré que ces projets peuvent encore être mis en œuvre avec succès avec quelques modifications. En cas de modification, le demandeur est tenu de communiquer aux partisans comment leur argent sera dépensé.

Crowdfunding.gent offre également aux initiateurs la possibilité de demander une subvention municipale du projet. La ville a fourni un fonds de 55 000 EUR par an spécifiquement affecté à la plateforme de financement participatif. La demande de financement municipal doit être indiquée dans le formulaire de demande original. Les initiateurs peuvent choisir de demander 25, 50 ou 75 % du financement municipal. Pour pouvoir bénéficier d’un financement, il convient d’augmenter le montant prédéfini du cofinancement. Par exemple, un projet qui a demandé 50 % du financement municipal avec un objectif de financement de 1 000 EUR doit recueillir au moins 500 EUR en dons par des supporters. Cette condition est un moyen pour la ville de s’assurer que le projet bénéficie d’un soutien communautaire suffisant. Le respect ou non d’une demande est décidé par un jury indépendant composé d’experts locaux. Par projet, le montant maximal de la subvention municipale pouvant être obtenue est de 5 000 EUR. Le montant du financement municipal est en tout temps basé sur l’objectif de financement prédéfini.

Jusqu’à présent, deux initiatives qui ont été soumises par le biais de la plateforme de financement participatif peuvent être considérées comme des contributions aux objectifs de la ville en matière d’adaptation au changement climatique. Ces projets se concentrent sur la production alimentaire durable et l’amélioration des espaces verts. Le premier projet «Lekker dichtbij!» établit des mini-jardins sur les balcons du logement social. Grâce à l’agriculture urbaine, plus d’espaces verts sont créés, ce qui contribue à atténuer les températures extrêmes dans les zones urbaines. En outre, la production alimentaire locale réduit le besoin de transport à longue distance et empêche ainsi l’échappement des émissions de dioxyde de carbone. L’agriculture urbaine nécessite également souvent une agriculture moins intensive, car l’agriculture est pratiquée à plus petite échelle. En outre, Lekker dichtbij! a renforcé l’intégration sociale en stimulant la coopération entre les résidents de divers milieux culturels. Le projet a réussi à relever l’objectif de financement prédéfini.

Un autre projet, «la rue Edible», vise à transformer les façades traditionnelles en pierre en jardins verticaux pour créer des espaces verts supplémentaires tout en stimulant la production alimentaire locale. Semblable au projet «Lekker dichtbij!», il contribue à l’amélioration des espaces verts et à la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Bien que ce projet n’ait pas réussi à relever l’objectif de financement prédéfini complet, il a été mis en œuvre avec succès en diminuant le projet. Au lieu de placer 100 planteurs dans 5 rues, 88 planteurs ont été placés dans 3 rues.

La petite échelle des projets de financement participatif n’a évidemment qu’un impact limité dans le contexte de la lutte contre l’adaptation au changement climatique. En effet, ces types de projets peuvent principalement être considérés comme des succès pour l’ambition de la ville de réaliser plus de co-création avec les citoyens. Certes, la plateforme de financement participatif semble être un excellent moyen de réaliser de petites «gouttes» dans le contexte de l’adaptation au changement climatique qui peuvent générer des effets d’entraînement plus importants.

Pertinence

Cas principalement développé et mis en œuvre en raison d’autres objectifs politiques, mais avec une prise en compte significative des aspects d’adaptation au changement climatique

Détails supplémentaires

Participation des parties prenantes

Crowdfunding.gent a été développé par la Ville de Gand avec le soutien d’un développeur de plateforme de crowdfunding existant. Aucun autre intervenant n’a participé à la phase de développement du processus. Les citoyens de Gand et les investisseurs privés sont considérés comme des utilisateurs finaux de la plateforme. Ils peuvent participer soit en tant qu’initiateur d’un projet, soit en tant qu’utilisateur final. La Ville de Gand a nommé un responsable des politiques pour gérer la plate-forme. Le gestionnaire de plate-forme de la ville fonctionne comme la personne qui se connecte aux utilisateurs finaux. Il passe en revue les applications du projet, s’occupe de la communication avec les citoyens et gère le contact avec le développeur de la plateforme. Ses activités n’incluent pas les transactions financières ou les activités de maintenance de plate-forme. Les activités de maintenance sont réalisées par le développeur de la plateforme. En ce qui concerne les subventions municipales, la ville a nommé un jury d’experts locaux. La décision finale sur la composition de ce jury est prise par le conseil municipal.

La plateforme cible principalement un public en ligne en raison de sa mise en place. Cependant, les citoyens «hors ligne» ont la possibilité de contacter le gestionnaire de la plateforme par téléphone ou par courrier. Il est disponible pour remplir le formulaire de demande avec eux en personne. Divers canaux de communication ont été utilisés par la Ville de Gand pour informer les citoyens de la plateforme. Il s’agit notamment de dépliants, des comptes officiels des médias sociaux de la ville et d’un article dans le magazine de la ville.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

La plateforme de financement participatif a réussi à identifier des idées moins aptes à être financées par des subventions. Les raisons de cette inéligibilité peuvent être le faible montant du budget demandé ou une inadéquation avec les exigences ou l’objectif des subventions existantes. Pour assurer un rendement maximal, la ville de Gand n’a pas défini de critères spécifiques auxquels les projets doivent répondre. Ils se sont plutôt concentrés sur la définition des types de projets qu’ils ne soutiendraient pas. Ces définitions ont ensuite été traduites en un ensemble de conditions minimales que les projets doivent remplir pour être inclus sur la plateforme. Par exemple, les projets ayant un but commercial ou à caractère religieux, philosophique ou politique explicite ne sont pas éligibles au financement. Chaque demande est examinée manuellement par un agent des politiques pour s’assurer que les projets répondent à ces exigences avant la publication.

Le fait que les projets financés par des fonds participatifs ont le potentiel de créer un effet d’entraînement plus important est démontré par le projet «Rue Edible». La mise en œuvre de ce projet a été rapidement suivie d’un projet similaire à Courtrai; Groene Straat (Green Street). Cette initiative finance la réalisation des planteurs et d’autres formes de «vertical vert» en proposant des achats en vrac. L’initiateur a basé le projet sur une évaluation rapide des éléments essentiels du projet Gand qui permettrait une extension du projet au niveau de la ville. Le site web de Groene Straat décrit 22 projets où d’autres projets (comportibles) verts ont été réalisés. Un autre projet qui a suivi l’exemple de Gand est «Groenselare» dans la ville de Roeselare, qui a commencé à fournir des informations aux citoyens sur les moyens de créer des façades vertes après que la ville a été nommée les villes les plus «gris» de Flandre en 2014.

Un facteur limitant de ce type d’instrument est les ressources financières nécessaires pour construire et maintenir la plate-forme. En outre, suffisamment d’heures de travail doivent être mises à la disposition d’un membre du personnel de la ville pour gérer le contenu de la plateforme. Actuellement, la ville de Gand a assigné un gestionnaire de plate-forme à temps partiel. La plateforme est considérée comme réussie si 1 projet sur 3 atteint son objectif de financement prédéfini. Un taux de réussite de 100 % ne serait pas réaliste car plusieurs facteurs de réussite sont hors de contrôle de la ville. Par exemple, l’initiateur du projet n’est pas nécessairement un gestionnaire de projet expérimenté. En outre, il est difficile pour la ville de contrôler les sujets politiques abordés par les propositions de projet sur la plateforme de financement participatif. Par exemple, des projets plus culturels que environnementaux ont été proposés au cours de la première année de crowdfunding.gent. L’utilisation du financement participatif en tant qu’instrument politique implique l’acceptation du fait que le résultat exact ne peut être contrôlé. D’autre part, il offre une excellente occasion de renforcer l’innovation, la coopération et la solidarité dans une ville.

Coûts et bénéfices

La première année (2015) de la plateforme crowdfunding.gent a réussi à générer un chiffre d’affaires total de 70 000 EUR. Sur le nombre total de projets, 80 % ont recueilli suffisamment de fonds pour leur mise en œuvre. Jusqu’à présent, deux projets ont reçu une subvention municipale supplémentaire. Cette subvention s’élevait à 1 480 EUR au total. Le développement de la plateforme implique à la fois des coûts fixes et des coûts réguliers. Les deux coûts ont été pris en charge par la ville de Gand. Les coûts étaient inférieurs aux recettes de la première année perçues par les projets de financement participatif. Le savoir-faire informatique spécifique nécessaire au développement et à la maintenance d’une plateforme de financement participatif nécessitait l’implication d’une partie externe. Outre les coûts fixes, la ville a besoin d’un chef de projet interne qui peut agir comme point de contact central pour le compte de la ville. Ce responsable des politiques doit être continuellement impliqué dans le projet au moins à temps partiel pour que le projet se déroule sans heurts.

Les investisseurs privés peuvent bénéficier d’avantages fiscaux lorsqu’ils soutiennent un projet de leur choix. Les organisations, telles que les entreprises, les fondations, les associations, sont en mesure d’effectuer un dépôt direct sur le compte du projet. Cela leur permet d’apporter les dépenses sous forme de déduction fiscale de la même manière que les dons non participatifs. Un don «régulier» à une campagne de financement participatif est effectué via un compte de plateforme et n’est donc pas éligible aux déductions fiscales.

La ville de Gand fournit 55 000 EUR/an de fonds pour cofinancer des projets à but non lucratif qui atteignent leur objectif de financement via la plateforme de financement participatif. Un jury d’experts locaux prend la décision finale de savoir si un projet reçoit un financement. Le montant maximal de financement pouvant être alloué par projet est de 5 000 EUR. Les projets qui ont réussi à relever leur objectif de financement prédéfini sont toujours admissibles à un financement supplémentaire. Un exemple est le projet «Lekker dichtbij!» Ce projet a duré plusieurs semaines; elle a présenté sa demande au printemps 2015, a atteint sa date limite de financement le 14 juin 2015 et a été mise en œuvre le 19 juin 2015. Le projet a fixé 735 EUR comme objectif de financement, mais au cours de la période de financement, il a dépassé ce montant en le levant 822 EUR. La ville de Gand a ensuite cofinancé le projet pour un montant supplémentaire de 480 EUR. Même si la possibilité d’un financement public supplémentaire est offerte, il ne semble pas être un facteur important de motivation pour les initiateurs de projets de soumettre une demande. Au cours de la première année de la plateforme de financement participatif, seuls 2 projets ont demandé et reçu un financement supplémentaire. D’autres avantages, tels que la publicité par la publication du projet sur la plateforme, semblent être un facteur plus déterminant dans l’examen de l’opportunité ou non de soumettre une demande.

Le système de la plateforme de financement participatif est mis en place d’une manière qu’il fonctionne financièrement indépendant de la ville. La ville de Gand a engagé un entrepreneur externe pour développer et entretenir la plateforme. Toutes les transactions concernant les dons sont gérées par ce développeur externe. Le fonds municipal de 55 000 EUR (par an) est géré par le contractant externe pour assurer son bon fonctionnement. La décision d’allouer des fonds supplémentaires est prise par un jury indépendant composé d’experts locaux. Les initiateurs de projets auxquels un financement supplémentaire a été accordé doivent satisfaire à un ensemble d’exigences en ce qui concerne la justification de l’argent dépensé. Dans les 2 mois et 1 an suivant la fin d’un projet, le responsable du projet doit soumettre 3 types de documents. Il s’agit notamment de factures d’éléments pertinents, d’un rapport qui démontre que le financement a été utilisé aux fins convenues et d’un aperçu des revenus et des dépenses du projet. En outre, la ville a le droit de vérifier sur le site de mise en œuvre du projet si le financement est dépensé de manière appropriée. Au cas où le financement serait mal utilisé, la ville peut imposer des sanctions au projet responsable. Ces sanctions comprennent le recouvrement du montant de financement attribué ou même l’exemption du bénéficiaire du financement de recevoir tout financement à l’avenir. Les conditions détaillées sont fixées dans le «Subsidiereglement voor het cofinancieren van sans but lucratif crowdfundingprojecten «Wijs van Gent» (ou: Programme de subvention pour le financement de projets de financement participatif à but non lucratif «Crazy about Gand»), qui est accessible au public sur le site web crowdfunding.gent.

Temps de mise en œuvre

La réglementation nécessaire pour réaliser crowdfunding.gent a été mise en œuvre le 1er avril 2015. Il est évalué tous les 2 ans. Le projet «Lekker Dichtbij» a soumis sa demande à la plateforme crowdfunding.gent au printemps 2015. La date limite de financement a été atteinte au 14 juin 2015. Le projet a été mis en œuvre le 19 juin 2015. Le projet «La rue comestible» a atteint sa date limite de financement autour de la même période. Le premier «jour de plantation-placement» a déjà eu lieu en mai 2015, avant la fin de la date limite de financement. L’argent qui a été levé par le biais de la plate-forme a ensuite été utilisé pour rembourser les participants.

Durée de vie

Crowdfunding.gent a été lancé en 2015 et fonctionnera au moins jusqu’en 2019.

Informations de référence

Contacter

Generic e-mail: info@crowdfunding.gent

Référence

Ghent crowdfunding platform

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Jan 19 2024


Veuillez nous contacter pour toute autre enquête sur cette étude de cas ou pour partager une nouvelle étude de cas (email climat.adapt@eea.europa.eu a >)

Actions sur le document