Accueil Base de données Options d’adaptation Incitations économiques au changement de comportement

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Adaptation option

Incitations économiques au changement de comportement

Les instruments de politique économique sont des incitations conçues et mises en œuvre dans le but d’adapter les décisions individuelles aux objectifs convenus collectivement. Les épis sont traditionnellement classés dans: la tarification (par exemple, les tarifs de l’eau), les taxes et redevances environnementales, les subventions (sur les produits et les pratiques), le commerce (par exemple, permis négociables pour la pollution ou le captage de l’eau, les mécanismes de compensation, les paiements pour les services environnementaux) et enfin les accords volontaires et les systèmes de gestion des risques (comme les assurances ou les passifs). L’EPS peut améliorer considérablement un cadre stratégique existant en incitant, plutôt qu’en imposant, des changements de comportement qui peuvent conduire à l’adaptation.

L’EPS peut stimuler le changement de comportement par le biais d’incitations ou de dissuasion, de changements de conditions pour permettre des transactions économiques ou réduire les risques. Au cours des dernières décennies, les instruments économiques ont reçu une attention croissante en tant que voie à suivre dans la gestion de l’environnement, en raison de leur capacité à aligner les décisions individuelles sur les objectifs convenus collectivement et à promouvoir une croissance économique durable. Le principal avantage de ces instruments est leur efficacité économique, c’est-à-dire leur capacité à répartir la charge de la distorsion et de la réduction lorsqu’il est moins coûteux de le faire. Les inconvénients sont du côté de l’équité, car ils affectent différemment différents agents ou groupes sociaux, pas nécessairement de manière progressive, et strictement liés à cela, d’importants inconvénients sont du côté de la faisabilité politique.

Les instruments de politique économique ont été appliqués dans un large éventail de politiques environnementales. Des systèmes d’échange de quotas d’émission ont par exemple été mis au point pour la politique d’atténuation du changement climatique et les IPE ont également été utilisées dans le contexte de la qualité de l’air, de l’adaptation au changement climatique et des politiques énergétiques. Dans ce dernier cas, des instruments politiques ont été appliqués pour améliorer l’efficacité énergétique, y compris les taxes sur l’énergie, les règlements fixant un niveau minimal d’efficacité énergétique et les certificats blancs tradables (CTC) pour les économies d’énergie. Le projet EuroPACE vise à développer un mécanisme de financement innovant pour stimuler les investissements dans l’efficacité énergétique dans les bâtiments résidentiels existants. The WEATHER «Les conditions météorologiques extrêmes: impact sur les systèmes de transport et les dangers pour les régions européennes» Le projet de recherche financé par le 7e PC fournit une vue d’ensemble des incitations possibles à l’adaptation des transports et de leur impact potentiel.

L’application des IPE aux politiques de l’eau présente des caractéristiques et des défis spécifiques. Les IPE les plus récurrentes dans le secteur de l’eau sont les tarifs, les taxes et les redevances, mais aussi les subventions et les régimes de coopération sont largement appliqués. En Europe, les systèmes commerciaux sur la quantité d’eau, qui sont populaires en Australie et aux États-Unis, ont été limités à quelques cas situés en Espagne, en Angleterre et au Pays de Galles. Un bon aperçu des instruments économiques appliqués au secteur de l’eau et des références aux études de cas sont fournis par le projet EPI-Eau financé par l’UE. Le projet a produit un grand nombre d’éléments probants sur les différents types, caractéristiques de conception et résultats des instruments de politique économique liés à l’eau en place, ainsi que sur la pratique guidant leur sélection et leur mise en œuvre. L’exercice d’évaluation est l’un des rares examens ex post des IPE dans le domaine des ressources en eau en Europe (par exemple, en utilisant les mêmes principes d’évaluation) et, dans de nombreux cas, le premier à avoir mis en lumière l’utilisation d’instruments économiques dans les États membres de l’UE.

Détails supplémentaires
Informations de référence

Détails d'adaptation

Catégories du GIEC

Institutionnel: Options économiques, Social: comportemental

Participation des parties prenantes

Il n’est pas surprenant que la participation du public soit un élément crucial pour accroître l’acceptation générale des IPE et pour motiver les parties prenantes à participer. Cela ne veut pas dire que la participation du public est toujours nécessaire pour rendre l’EPI acceptable. Par exemple, l’importance de la participation du public peut être réduite dans les cas où l’EPI en tant que tel, ou la solution spécifique que l’EPI entend promouvoir, a déjà obtenu une acceptation (sociale) publique.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

En ce qui concerne l’application des IPE, les besoins, les possibilités et les contraintes auxquels chaque pays est confronté varient considérablement. Même à l’intérieur des pays, la capacité de mettre en œuvre des instruments économiques varie considérablement d’une région ou d’un secteur à l’autre. Certains changements souhaités sont plus faciles à mettre en œuvre au moyen d’instruments économiques, tandis que d’autres sont plus faciles à mettre en œuvre par le biais de règlements de commandement et de contrôle. Les EPI ne sont en aucun cas des substituts à d’autres modes d’action du gouvernement, mais des instruments qui peuvent compléter et renforcer la gouvernance dans le cadre d’un large éventail d’instruments politiques. D’une manière générale, il est possible de discerner entre: (I) combinaisons d’EPI, dans le cadre d’une stratégie d’«incitations à l’emballage», et ii) mélange avec d’autres types d’instruments politiques, y compris la réglementation, la sensibilisation, l’information, etc. Lors de l’examen des IEP potentielles, il convient d’être conscient du dosage des politiques existantes, mais la sélection ne devrait pas être dictée par celui-ci.

Coûts et bénéfices

Les coûts et les avantages des IEP ne sont guère étudiés, et l’on peut trouver peu d’informations sur la façon dont ils se comparent aux approches classiques de commandement et de contrôle.

Les coûts d’un EPI peuvent être distingués entre les coûts directs (par exemple, le coût du paiement de la taxe) et les coûts de transaction (par exemple, le coût du temps et de l’argent pour se rendre sur le marché, trouver un acheteur ou un vendeur, négocier un achat, consommer le commerce et revenir du marché). Les coûts de transaction pourraient également être liés à une surveillance supplémentaire requise. Par exemple, les coûts de transaction liés à la surveillance des eaux souterraines ou des eaux de surface peuvent entraver l’adoption d’une taxe (par exemple, taxe sur l’élimination des eaux de drainage polluées sur une base volumétrique), mais il peut également être utile de payer pour s’assurer que la taxe est efficace. De même, un nouveau mécanisme d’allocation de l’eau peut accroître l’efficacité économique, mais imposer des coûts élevés de négociation et d’application, rendant les mécanismes d’allocation plus simples potentiellement préférables.

Les avantages des IPE comprennent l’amélioration de la qualité de l’environnement et de l’efficacité économique ainsi qu’une meilleure répartition sociale de la charge pour atteindre l’objectif souhaité. Dans le même temps, les IPE génèrent des recettes (dans le cas des redevances) afin de financer des activités de surveillance et de contrôle ou d’allocation de la pollution, par exemple, et peuvent donc être pertinentes pour le financement des mesures d’adaptation.

Les Epis sont reconnus au niveau politique dans plusieurs grands textes législatifs et politiques européens:

  • La directive-cadre de l’UE sur l’eau introduit un ensemble de principes et de mesures qui rationalisent l’utilisation de l’eau dans tous les États membres. Son article 9 prévoit le recouvrement intégral des coûts des services d’eau par le biais de la tarification.
  • Le plan d’action 2012 de l’UE pour protéger les eaux de l’Europe souligne l’importance d’une tarification incitative de l’eau et d’autres IPE, telles que le commerce de l’eau et les paiements pour les services écosystémiques, dans la combinaison des politiques visant à améliorer la gestion de l’eau en Europe.
  • L’action de l’UE sur la rareté de l’eau et la sécheresse (à partir de 2007) souligne le rôle des prix incitatifs pour adapter la demande d’eau et assurer une gestion durable de l’eau
  • La directive de l’UE sur les inondations (2007) encourage l’adoption d’infrastructures vertes et la gestion des inondations naturelles en récompensant financièrement les gestionnaires de terres et les utilisateurs d’eau.
  • La politique agricole commune comprend une récompense financière (sous forme de subventions) pour la protection de l’environnement de l’eau.
  • La directive sur les nitrates (1991) encourage l’adoption d’accords de coopération au moyen de codes de bonnes pratiques agricoles.
  • La stratégie d’adaptation au changement climatique (2013) encourage le recours accru à l’assurance pour renforcer la résilience face aux effets du changement climatique, en particulier la rareté de l’eau, les sécheresses et les risques d’inondation.
  • La politique de l’UE en matière de biodiversité (y compris les directives «Habitats et oiseaux» et le mécanisme de financement LIFE) encourage l’utilisation de récompenses financières et non financières pour la protection des écosystèmes aquatiques.

Temps de mise en œuvre

La conception et la mise en œuvre des IPE pourraient prendre de 1 à 5 ans.

Durée de vie

Les épis sont normalement des mesures durables. Cependant, la durée de vie est souvent déterminée par le cadre politique, la législation spécifique en vigueur et l’acceptation sociale.

Informations de référence

Références:

OCDE, (2016) Réformer les instruments économiques pour la gestion de l’eau dans les pays de l’EOCAC — Perspectives politiques.

OCDE, (2009) Planification financière stratégique pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Un rapport de l’équipe spéciale de l’OCDE sur le financement durable pour garantir un accès abordable à l’approvisionnement en eau et à l’assainissement.

Rey, D., Pérez-Blanco, C.D., Escriva-Bou, A., Girard C., Veldkamp, T., (2019). Rôle des instruments économiques dans la réforme de l’allocation de l’eau: leçons de l’Europe. International Journal of Water Resources Development, vol. 35, numéro 2, p. 206 à 239.

(PDF) Application des instruments économiques pour l’adaptation au changement climatique. Rapport final (researchgate.net)

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Aug 17 2023

Actions sur le document