Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).

Shigellose

La shigellose est une maladie relativement rare en Europe, entraînant des problèmes gastro-intestinaux causés par la bactérie Shigella. Pourtant, il s’agit d’un problème de santé pour certains groupes de population et dans certains pays, y compris dans les pays développés. En Europe, un sixième à un tiers des cas sont importés par des voyageurs (ECDC, 2014-2022). Les infections se produisent après avoir avalé une contamination fécale. La maladie touche particulièrement les jeunes enfants dans les pays en développement et les épidémies sont fréquentes dans des conditions où l’approvisionnement en eau et les installations sanitaires sont médiocres, entraînant chaque année environ 160000 décès dans le monde (Chung The et al., 2021). Pourtant, la maladie est sous-déclarée et souvent mal diagnostiquée. La résistance multimédicament des bactéries Shigella dans différentes régions est particulièrement préoccupante (Lampel et al., 2018).

 

Source & transmission

La shigellose est principalement transmise par contamination fécale d’une personne infectée à la bouche d’une autre personne. Les personnes infectées qui ne se lavent pas soigneusement les mains après la défécation peuvent causer de nouvelles infections par contact physique direct (y compris le contact sexuel), ou indirectement en contaminant la nourriture ou l’eau. En Europe, la transmission sexuelle est aujourd’hui une voie d’infection courante. Les patients peuvent transmettre la maladie tant que les bactéries Shigella sont excrétées dans les fèces, ce qui est généralement pendant l’infection aiguë, mais peut se poursuivre jusqu’à 4 semaines ou occasionnellement plusieurs mois.

Outre les infections de personne à personne, le lait cru contaminé et les produits laitiers ou les légumes non cuits sont d’autres voies de transmission (Gerba, 2009). De plus, les mouches peuvent transmettre la bactérie Shigella des latrines aux aliments non couverts (Gerba, 2009). En dehors du corps humain, Shigella ne peut survivre que pendant une courte période (Niyogi, 2005). Remarquablement, la maladie peut déjà se manifester à de très faibles doses de moins de dix cellules bactériennes, ce qui est plus de dix mille fois plus faible que pour la plupart des autres infections bactériennes (Chung The et al., 2016).

Les épidémies se produisent principalement dans des endroits où de nombreuses personnes sont ensemble (comme dans les prisons, les établissements pour enfants, les garderies ou les hôpitaux psychiatriques), en particulier lorsque l’hygiène personnelle est mauvaise, ainsi que chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (Rebmann, 2009).

 

Effets sur la santé

Les infections àShigella peuvent présenter des symptômes légers à graves, certaines personnes infectées ne présentant même aucun symptôme. Si symptomatique, les symptômes durent généralement entre 4 et 7 jours, et la plupart des patients se rétablissent sans intervention médicale sauf pour une réhydratation appropriée. Les symptômes se produisent rapidement, environ un à trois jours après l’infection et comprennent la diarrhée — souvent avec du mucus et/ou du sang, de la fièvre, des nausées, des crampes d’estomac et parfois une miction ou une défécation douloureuse. La bactérie Shigella peut également produire des toxines qui circulent dans le flux sanguin d’une personne infectée (toxémie). Dans les cas plus graves, les selles peuvent être sanglantes et visqueuses (dysenterie) et des complications peuvent s’ensuivre, telles que des muscles intestinaux affaiblis (menant à un prolapsus rectal), une appendicite ou une inflammation du côlon potentiellement mortelle. En outre, la déshydratation, un faible taux de sel (hyponatrémie) ou de sucre (hypoglycémie) dans le sang, des infections neurologiques (méningite), une inflammation des os (ostéomyélite), de l’arthrite, des abcès dans la rate ou des infections vaginales peuvent résulter de la shigellose. Parmi les manifestations cliniques les plus dangereuses figurent les convulsions, les dommages neurologiques ou une augmentation des globules blancs imitant la leucémie. En tant qu’effets à long terme, les patients peuvent développer un syndrome du côlon irritable, une arthrite ou un syndrome urémique hémolytique, qui affecte les globules rouges, les reins et le système nerveux (Pacheco et Sperandio, 2012).

Morbidité & mortalité

Dans les pays membres de l’EEE (à l’exclusion de la Suisse et de Türkiye en raison de l’absence de données), au cours de la période 2007-2021:

  • 69,100 infections (ECDC, 2023)
  • 15 décès et un taux de mortalité global de 0,025 %. Pourtant, les taux de mortalité varient en fonction de la souche bactérienne et de l’état du patient et peuvent atteindre 20 % pour les patients hospitalisés (Bagamian et al., 2020; Ranjbar et al., 2010).
  • Tendance à l’augmentation de l’incidence entre 2015 et 2019, après une diminution du nombre de cas signalés entre 2007 et 2014. En 2020, le nombre de cas signalés a chuté drastiquement, ce qui pourrait être dû à une sous-déclaration et à une diminution de l’exposition à la suite des restrictions en matière de déplacements et sociales et des mesures d’hygiène associées à la pandémie de COVID-19.
  • Jusqu’en 2019, environ la moitié des cas étaient liés à des voyages. La transmission se produit principalement par la nourriture, et moins fréquemment par contact sexuel et interpersonnel.

(ECDC, 2014-2022)

Répartition entre la population

  • Groupe d’âge ayant le taux de maladie le plus élevé en Europe: enfants de moins de 5 ans et hommes âgés de 25 à 44 ans (ECDC, 2014-2022)
  • Groupes à risque d’une maladie grave: les enfants de moins de 10 ans, les personnes privées de soins de santé ou confrontées à l’insécurité alimentaire, les personnes âgées et les personnes ayant un système immunitaire affaibli, (Kotloff et al., 2018; Niyogi, 2005; Launay et al., 2017)

 

Sensibilité au climat

Caractéristiques climatiques

Les bactériesShigellapoussent mieux à des températures ambiantes comprises entre 21 et 38 °C. L’intervalle de pH optimal se situe entre 5,8 et 6,4 (Ghosh et al., 2007).

Saisonnalité

En Europe, la plupart des infections surviennent à la fin de l’été/automne (ECDC, 2014-2022).

Impact sur le changement climatique

L’augmentation des températures, des précipitations et de l’humidité de l’air accélère la reproduction bactérienne et augmente le risque de contamination (boire) de l’eau, ce qui peut augmenter les risques d’infection par la shigellose. Des études menées en Asie suggèrent que l’évolution des conditions climatiques pourrait modifier la répartition géographique des bactéries Shigella et augmenter le risque d’infection par la shigellose (Song et al., 2018; Chen et al., 2019). Cela peut avoir un impact indirect sur la population européenne dans la mesure où les infections à la shigellose en Europe sont liées aux voyages.

 

Prévention et traitement

Prévention

  • Sensibilisation à l’efficacité du lavage des mains et de l’hygiène générale, en particulier lorsque vous voyagez dans des régions présentant de mauvaises conditions d’hygiène ou lors de la manipulation des aliments
  • Identification et fermeture des sources d’eau contaminées
  • Isolement des patients dans les établissements de soins pour prévenir les épidémies
  • Les systèmes de surveillance permettent de détecter les maladies et de prendre des mesures d’intervention ultérieures pour contenir les éclosions et réduire le nombre de cas
  • Les vaccins sont en phase expérimentale

(Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine, 2020; Sciuto et al., 2021)

Traitement

  • Réhydratation, antidiarrhéique ou médicament de réduction de la fièvre
  • Les antibiotiques peuvent raccourcir la durée de la transmission potentielle et de la maladie. Les souches multirésistantes et largement résistantes aux médicaments posent de plus en plus de problèmes pour les groupes à haut risque.

(Kotloff et al., 2018; CDC, 2022)

 

Liens vers de plus amples informations

 

Références

Bagamian, K. H., et al., 2020, Heterogeneity in enterotoxigenic Escherichia coli and shigella infections chez les enfants de moins de 5 ans de 11 pays africains: Une approche infranationale quantifiant le risque, la mortalité, la morbidité et le retard de croissance, The Lancet Global Health 8(1), e101–e112. https://doi.org/10.1016/S2214-109X(19)30456-5

CDC, 2022, Centers for Disease Control and Climate Change Impact, https://www.cdc.gov. Dernière consultation en août 2022.

Chen, C.-C., et al., 2019, caractéristiques épidémiologiques de la shigellose et facteurs climatiques associés à Taiwan, Medicine 98(34), e16928. https://doi.org/10.1097/MD.0000000000016928

Chung The, H., et al., 2021, Historiques évolutionnaires et résistance aux antimicrobiens chez Shigella flexneri et Shigella sonnei en Asie du Sud-Est, Communications Biology 4(1), 353. https://doi.org/10.1038/s42003-021-01905-9

Chung The, H., et al., 2016, Les signatures génomiques de l’évolution de Shigella, adaptation et diffusion géographique, Nature Reviews Microbiology 14(4), 235–250. https://doi.org/10.1038/nrmicro.2016.10

ECDC, 2014-2022, Rapports épidémiologiques annuels 2012-2020 — Shigellosis. Disponible à l’ adresse https://www.ecdc.europa.eu/en/shigellosis/surveillance-and-disease-data. Dernière consultation en août 2023.

ECDC, 2023, Atlas de surveillance des maladies infectieuses. Disponible à l’ adresse https://atlas.ecdc.europa.eu/public/index.aspx. Dernière consultation en août 2023.

Gerba, C. P., 2009, pathogènes transmissibles par l’environnement. In Environmental Microbiology, Academic Press, pp 445-484. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-370519-8.00022-5

Ghosh, M., et al., 2007, Prévalence de Staphylococcus aureus entérotoxigénique et Shigella spp. Dans certains aliments indiens crus vendus dans la rue, International Journal of Environmental Health Research 17(2), 151-156. https://doi.org/10.1080/096031207012

Kotloff, K. L., et al., 2018, Shigellosis The Lancet 391(10122), 801–812. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(17)33296-8

Lampel, K. A., et al., 2018, A Brief History of Shigella, EcoSal Plus 8(1), 1-25, https://doi.org/10.1128/ecosalplus.ESP-0006-2017

Launay, O., et al., 2017, Profil de sécurité et réponses immunitaires d’un nouveau vaccin contre Shigella sonnei administré par voie intramusculaire, intradermique et intranasale: Résultats de deux études cliniques parallèles randomisées de phase 1 sur des volontaires adultes en bonne santé en Europe, EBioMedicine, 22, 164-172. https://doi.org/10.1016/j.ebiom.2017.07.013

Niyogi, S. K., 2005, Shigellosis, The Journal of Microbiology 43(2), 133-143.

Pacheco, A. R., & Sperandio, V., 2012, toxine Shiga in enterohemorrhagic E.coli: Réglementation et nouvelles stratégies antivirulence, Frontiers in Cellular and Infection Microbiology 2, 2235-2988. https://doi.org/10.3389/fcimb.2012.00081

Ranjbar, R., et al., 2010, Fatality due à la shigellose avec une référence particulière à l’analyse moléculaire des souches de Shigella sonnei isolées des cas mortels, Iranian Journal of Clinical Infectious Diseases 5(1) 36–39.

Rebmann, T., 2009, Spotlight on shigellosis, Nursing 39(9), 59–60. https://doi.org/10.1097/01.NURSE.0000360253.18446.0f

Song, Y. J., et al., 2018, L’influence épidémiologique des facteurs climatiques sur les taux d’incidence de la shigellose en Corée, International Journal of Environmental Research and Public Health 15(10), 2209. https://doi.org/10.3390/ijerph15102209