Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).

Bassin de la mer Noire

Pays de la région

Bulgarie, Géorgie, Grèce, République de Moldavie, Roumanie, Türkiye et Ukraine.

 

Cadre politique

1.     Programme de coopération transnationale

Le cadre de coopération du programme Interreg NEXT Bassin de la mer Noire (NEXT-Bassin de la mer Noire, 2021-2027),approuvéen 2023, découle des cadres de coopération antérieurs mis en œuvre dans cette région, à savoir le programmeIEVP pour le bassin de la mer Noire 2007-2013 et le programmeIEVICBC pour le bassin de la mer Noire 2014-2020.

Dans le cadre de la politique de cohésion de l’Union européenne, le programme Interreg NEXT Bassin de la mer Noire soutiendra la coopération entre les régions et les pays dans ce domaine jusqu’à la fin de 2027. Le programme fait partie du volet B «Coopération transnationale» dans le cadre de la dimension extérieure d’Interreg. Il a un budget total de 72,28 millions. L’euro, qui s’appuie sur le soutien du FEDER (Fondseuropéen de développement régional), de l’IVCDCI — Global Europe (instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale) et del’IAP(instrument d’aide de préadhésion).

L’objectif général du programme est d’approfondir encore la coopération transfrontalière dans le bassin de la mer Noire, en mettant l’accent sur

  • le développement des capacités de recherche et d’innovation dans le domaine,
  • l’adaptation au changement climatique et la prévention des risques de catastrophe, et
  • la protection et la préservation de la nature, de la biodiversité et des infrastructures vertes.

L’accent mis sur la lutte contre le changement climatique est défini à la fois en termes d’objectifs d’atténuation et d’adaptation. Le programme prévoit «Une transition plus verte et à faibles émissions de carbone vers une économie nette zéro carbone et une Europe résiliente en promouvant une transition énergétique propre et équitable, l’investissement vert et bleu, l’économie circulaire, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, la prévention et la gestion des risques de changement climatique et la mobilité urbaine durable». En particulier, le programme vise à promouvoir «l’adaptation au changement climatique et la prévention des risques de catastrophe et la résilience, en tenant compte des approches écosystémiques et en améliorant la protection et la préservation de la nature, de la biodiversité et des infrastructures vertes, y compris dans les zones urbaines, et en réduisant toutes les formes de pollution».

 

2.     Stratégies macrorégionales

D’autres régions transnationales se chevauchent partiellement avec larégion dubassin de la mer Noire: lazone du Danube (y compris la Bulgarie, la Roumanie, l’Ukraineet la République de Moldavie) et la zone méditerranéenne(y compris la Bulgarie). Les deux initiatives de coopération transnationale comportent des actions dans le domaine de l’adaptation au changement climatique. 

 

3.     Conventions internationales et autres initiatives de coopération

Le milieu côtier et marin de la mer Noire est protégé par la convention deBucarest sur la protection de la mer Noire contre la pollution, signéeen 1992 par la Russie, Türkiye, l’Ukraine, la Géorgie, la Bulgarie et la Roumanie. Bien que la Convention ne mentionne pas l’adaptation aux changements climatiques parmi ses priorités, elle vise à atténuer plusieurs problèmes environnementaux susceptibles d’être affectés négativement par les changements climatiques, tels que la biodiversité et la préservation des écosystèmes marins.

Le principal cadre de coopération économique dans la région est la coopération économique de la mer Noire (CEMN). Le BSEC a adopté en décembre 2017 sa propre stratégie d’adaptation au changement climatique, qui comprend les priorités suivantes: 

  • Promouvoir la coopération régionale dans la lutte contre le changement climatique dans l’ensemble de la zone de l’OCEMN. Cette priorité est principalement axée sur la coordination et le partage des connaissances et des informations pertinentes pour l’adaptation entre les États membres de l’OEB. 
  • Catalyser des financements supplémentaires tout en œuvrant à l’élaboration de normes fiduciaires efficaces et en mobilisant les partenaires pour formuler des projets de réponse au changement climatique.  
  • Faciliter le dialogue et le partenariat et sensibiliser le public afin de contribuer à renforcer la résilience climatique dans la société et à renforcer l’économie verte. 
  • Favoriser le développement des capacités institutionnelles en matière de changement climatique au sein des institutions de la région.

En outre, le bassin de la mer Noire est couvert par le programme maritime commun pour la mer Noire (CMA), approuvé en mai 2019. L’AMC pour la mer Noire soutient la protection des écosystèmes marins et la durabilité de l’économie bleue dans la région. 

Parmi les objectifs spécifiques de ses piliers scientifiques, le programme stratégique de recherche et d’innovation de la mer Noire (SRIA) encourage la recherche à fournir de nouvelles connaissances pour atténuer les impacts du changement climatique mondial et des facteurs de stress anthropiques.

 

4.      Stratégies et plans d’adaptation

Aucune stratégie et plan d’adaptation n’a été publié au niveau de la mer Noire. Toutefois, ledocument du programmeINTERREG présente un certain nombre de priorités stratégiques pour les projets à financer dans le domaine de l’adaptation au changement climatique, à savoir: 

  1. Promotion de l’innovation pour l’amélioration des outils d’observation intelligente, de surveillance et de prévision environnementale précise.
  2. Mesures visant à prévenir et à atténuer les effets du changement climatique sur la région de la mer Noire, y compris sur la qualité et la quantité de l’eau
  3. Faire face aux dangers pour l’environnement: érosion côtière, glissements de terrain, élévation du niveau de la mer, événements extrêmes, espèces non indigènes (NIS), espèces exotiques envahissantes (IAS), inondations et sécheresses liées au changement climatique
  4. Développement et amélioration de mécanismes de surveillance et d’alerte rapide en cas de catastrophes naturelles ou d’origine humaine
  5. Élaboration et mise en œuvre d’actions de relance verte, contribuant à l’adaptation au changement climatique dans la zone du bassin de la mer Noire en s’appuyant sur les enseignements tirés et les meilleures pratiques

 

Exemples de projets du programme CTF de l’IEV financés au cours de la période 2014-2020

De nouveaux projets dans le cadre du bassin Interreg Next-Mer Noire sont encore en cours de développement. Les projets pertinents financés dans le cadre du programme précédent, à savoir le programme du bassin de la mer Noire de la CTF 2014-2020 de l’IEV, sont décrits ci-dessous. 

Agreen (Alliance transfrontalière pour une agriculture intelligente face au climat et verte dans le bassin de la mer Noire, 2020-2023) s’appuie sur le concept d’agriculture intelligente face au climat, une approche qui guide les actions intégrées vers la transformation des systèmes agricoles, soutient l’innovation et assure la sécurité alimentaire dans un climat changeant. La mission du projet est «d’apporter de la cohérence dans les actions menées contre le changement climatique et de rétablir la stabilité environnementale, la sécurité économique et alimentaire pour les générations à venir». Les partenaires du projet sont basés en Bulgarie, en Roumanie, à Türkiye,en Géorgie, en Arménie et en Grèce.

COPREVENT (Coopération pour la prévention des catastrophes et la surveillance de l’environnement dans le BSB, 2021-2023) traite des inondations et des incendies de forêt et de la réduction des dommages, et associe des partenaires à Bulgari, en Grèce, en République de Moldavie et à Türkiye.

IASON (Invasive Alien Species Observatory and Network Development for the Assessment of Climate Change Impacts in Black Sea Deltaic Protected Areas, 2020-2023) traite de l’évaluation des risques induits par le climat pour la biodiversité et les écosystèmes dans les deltas fluviaux de la région. Les partenaires du projet sont basés en Ukraine, en Roumanie, àTürkiye, en Géorgie et en Grèce.

HYDROECONEX (Création d’un système innovant de surveillance transfrontière des transformations des écosystèmes de la mer Noire sous l’impact du développement hydroélectrique et du changement climatique, 2018-2021) a porté sur l’élaboration d’une approche partagée d’un système de surveillance des écosystèmes fluviaux en présence d’infrastructures hydroélectriques dans un climat changeant, et sur l’élaboration d’une stratégie de coopération bilatérale dans le domaine de l’eau sur la surveillance conjointe des cours d’eau transfrontaliers en présence d’hydroélectricité. Les partenaires du projet étaient basés en Roumanie, en République de Moldavie et en Ukraine.