Accueil Base de données Études de cas Optimisation de la combinaison de financements privés et publics pour mettre en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique à Malmö

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).
Études de cas

Optimisation de la combinaison de financements privés et publics pour mettre en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique à Malmö

Optimisation de la combinaison de financements privés et publics pour mettre en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique à Malmö

Malmö subit des effets négatifs du changement climatique en raison de la hausse des températures et des précipitations excessives. La ville vise donc à réaliser des mesures d’adaptation au climat en l’intégrant directement dans la conception de projets de développement urbain, comme dans le cas du port occidental. Le financement privé pour réaliser ces mesures est fourni par les promoteurs, qui réalisent la construction réelle des projets. Ils s’engagent dans un processus de partenariat initié par la ville pour s’assurer que la réalisation finale du développement urbain reflète la vision durable de Malmö.

La ville peut lancer une demande de financement public supplémentaire pour financer des mesures environnementales supplémentaires et atteindre un niveau de norme plus élevé. Des fonds nationaux et européens ont été utilisés dans la majeure partie du développement du port occidental. En appliquant le processus de partenariat avec les parties prenantes, la ville a une bonne idée des plans du promoteur. Cela permet à la ville de réaliser un investissement plus efficace de financement public et privé.

Description de l'étude de cas

Défis

Malmö subit des effets négatifs du changement climatique en raison de la hausse des températures et des précipitations excessives. Par conséquent, la ville a dû faire face à divers problèmes liés aux inondations depuis le début des années 1990. Le problème le plus problématique a été le débordement fréquent des systèmes d’égouts, qui a été abordé par exemple dans le cadre d’une conception durable pour le trimestre d’Augustenborg, impliquant un partenariat avec les parties prenantes. À la fin des années 1990, Malmö a été confrontée à un important changement économique. Traditionnellement, l’économie de la ville dépendait en grande partie de son chantier naval et de ses industries lourdes. La fermeture du chantier naval en raison d’une crise financière a été l’occasion de transformer l’économie locale. La ville a donc décidé de passer d’une ville industrielle à une ville durable et fondée sur le savoir. Cette transition a fait de Malmö l’une des villes les plus durables au monde aujourd’hui. Pourtant, la ville continue de s’améliorer en faisant face à ses plus grands défis aujourd’hui; L’adaptation à l’explosion des nuages, l’inégalité sociale et le déficit de logement.

Objectifs

Le changement économique a conduit à d’importants travaux internes au sein de la municipalité dans les années 90 et à l’ambition de réaliser 3 investissements majeurs; le pont d’Øresund reliant Malmö à Copenhague en 2001, la création de l’Université de Malmö en 1998 et le réaménagement de Western Harbour depuis 2001. En ce qui concerne l’adaptation au changement climatique, cela incluait l’ambition de créer un quartier résistant aux nuages ​​. Cependant, la ville a réalisé que la construction réelle du quartier était entre les mains des promoteurs. La ville s’est donc engagée à développer un processus de partenariat avec les parties prenantes à travers lequel elles pourraient apporter les ambitions durables de la ville, tout en ne finançant pas réellement la construction du développement. Il permet à la ville d’identifier les mesures pour lesquelles un financement public supplémentaire est nécessaire et donc la combinaison optimale de financements publics et privés pour réaliser un développement urbain durable.

Solutions

La ville de Malmö a choisi de réaliser ses ambitions en matière de durabilité (y compris l’adaptation au changement climatique) en mettant l’accent sur la co-création avec des promoteurs privés à travers l’organisation de «processus de partenariat entre parties prenantes». Cela permet une combinaison efficace de financements privés et publics. L’approche implique l’initiation de dialogues avec les promoteurs privés dès le début d’un processus de développement urbain. A travers le dialogue, un modèle de développement urbain durable est co-créé pour un site spécifique. De cette façon, la ville s’assure que les ambitions de durabilité envisagées prennent forme dans la construction du développement urbain sans avoir la responsabilité financière de son exécution. En outre, la ville est en mesure de déterminer par le biais du dialogue si des fonds supplémentaires (publics) doivent être obtenus pour atteindre un niveau plus élevé de normes environnementales. Un exemple est la réalisation de toits verts dans le port occidental pour lesquels Malmö a obtenu un financement national. Le dialogue donne à la ville un bon sens des ambitions environnementales des promoteurs. Lorsque la ville estime qu’un niveau d’ambition plus élevé doit être atteint, elle peut décider d’introduire la possibilité de demander un financement dans le dialogue.

Les partenariats avec les parties prenantes font partie de grands projets de développement urbain à Malmö depuis le début des années 1990. Un processus de partenariat avec les parties prenantes consiste généralement en une série de réunions et d’ateliers. Le processus commence par un voyage d’étude commun. Ensuite, une série d’ateliers s’ensuit pour lesquelles la ville fournit les sujets en fonction des objectifs de durabilité envisagés. En général, la ville prend l’initiative de lancer le processus de partenariat. Cette participation diminue au fil du temps à mesure que les parties prenantes prennent en charge l’initiative des réunions. Le processus de partenariat se termine officiellement une fois le développement urbain terminé. Toutefois, dans certains cas, les parties prenantes privées ont poursuivi leurs partenariats de leur propre initiative une fois l’arrangement officiel terminé.

Western Harbour est un exemple de projet de développement urbain à Malmö dans lequel des partenariats avec les parties prenantes ont été utilisés. Cette ancienne friche a été réaménagée en une «éco-ville» durable. Le développement comprend à la fois des mesures d’adaptation au changement climatique et des mesures d’atténuation. Des exemples de mesures d’adaptation sont l’application de toits verts, d’espaces verts et de mesures de gestion des eaux pluviales. Chaque promoteur rattaché à la zone de développement en tant que propriétaire foncier ou acheteur a été invité à participer au partenariat avec les parties prenantes. En outre, la ville a invité d’autres parties prenantes concernées par les objectifs de durabilité du projet; la société énergétique E.on (anciennement Sydkraft), l’Agence suédoise de l’énergie et l’Université de Lund.

La façon dont les processus de participation des parties prenantes prennent forme varie d’un projet à l’autre. Chaque projet se compose de plusieurs phases. L’un des premiers projets de développement de logements dans Western Harbour comprenait les phases suivantes:

  • Phase 1: Cette phase comprenait la conception d’un programme de qualité, qui consistait en un ensemble de lignes directrices strictes en matière de durabilité. Les lignes directrices ont été élaborées avec une sélection de développeurs.
  • Phase 2: Cette phase s’articulait autour du dialogue avec les parties prenantes. Il impliquait tous les promoteurs privés attachés à la zone en tant qu’acheteur ou propriétaire de terrain. Dans le cadre du dialogue, le partenariat avec les parties prenantes a développé 5 à 6 objectifs de durabilité pour la région.
  • Phase 3: Une fois qu’un développement est construit, une évaluation est menée pour vérifier si les développeurs ont tenu leurs promesses des deux phases précédentes.

Le Programme de qualité est un document élaboré spécifiquement pour l’affaire Western Harbour. Le document comprenait un terrain d’entente pour les promoteurs, un niveau de qualité minimal et des normes d’exigences pour l’architecture, le paysage, l’énergie, l’eau, la gestion des déchets et la biodiversité. Il a décrit un ensemble de lignes directrices qui ont été élaborées en collaboration avec toutes les parties prenantes afin de s’assurer que des normes environnementales élevées sont maintenues. Le programme a été élaboré au moyen d’un ensemble de réunions appelées «Dialogue créatif» pour souligner son caractère ouvert. Le Programme de qualité a servi de base rigoureuse pour les phases consécutives du projet.

Pertinence

Case mainly developed and implemented because of other policy objectives, but with significant consideration of Climate Change Adaptation aspects

Détails supplémentaires

Participation des parties prenantes

Le processus de partenariat avec les parties prenantes est initié par le département de l’urbanisme. La taille du partenariat varie en fonction du projet. Un groupe de 30 personnes est considéré comme un petit partenariat. Un tel groupe pourrait être composé de 8 à 10 développeurs, qui apportent chacun 2 représentants en moyenne. D’autres participants sont généralement des spécialistes de la société énergétique, de la société municipale de gestion des déchets ou d’autres agences (municipales) pertinentes. La composition des experts varie d’une réunion à l’autre en fonction du thème abordé. Les partenaires privés peuvent également faire appel à des experts spécifiques supplémentaires, tels que des architectes ou des consultants. Jusqu’à présent, les partenariats n’ont pas inclus d’ONG ni de citoyens, bien que ce soit également une possibilité. La composition des partenariats reste centrée sur les promoteurs car la ville a l’intention d’influencer les acteurs qui finiront par façonner le site et le financer. Par conséquent, une discussion avec eux sera la plus efficace.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

Plusieurs aspects sont essentiels à la réalisation d’un partenariat réussi. L’un des facteurs les plus essentiels est la confiance entre les partenaires. La confiance n’était pas évidente au début des premiers processus de partenariat avec les parties prenantes pour le développement urbain d’Augustenborg. Dans certains cas, les développeurs ont des difficultés à se faire confiance puisqu’ils sont généralement des concurrents. On constate parfois que les nouveaux acteurs se méfient de la ville. Un processus de participation des parties prenantes devrait donc toujours commencer par une visite du site pour engager tout le monde sur place. Il est important de ne pas commencer le processus par une réunion régulière, car cela a tendance à amener les participants à se verrouiller rapidement à leurs positions familières. La visite du site est suivie d’une série de séminaires et de discussions au cours desquels les parties prenantes sont divisées en sous-groupes. Ces séminaires et discussions sont initiés par la ville et se concentrent sur une parcelle ou un sujet spécifique. Étant donné que la confiance doit se renforcer au fil du temps, elle rend le processus de partenariat des parties prenantes moins approprié pour résoudre les problèmes (politiques) à court terme. Cependant, une fois la confiance acquise, c’est un outil très puissant pour réaliser des développements plus durables avec des investissements financiers publics limités.

Il existe également des facteurs externes indépendants de la volonté de la ville qui peuvent influer sur le succès d’un processus de partenariat avec les parties prenantes. La sensibilisation des parties prenantes à l’environnement est importante pour le succès d’un partenariat avec les parties prenantes. Au début du processus pour Augustenborg, cette prise de conscience s’est révélée très limitée. D’autres facteurs qui peuvent influer sur le succès d’un partenariat sont l’évolution de la législation nationale. Jusqu’en 2016, le processus de participation des parties prenantes était complété par le «code du bâtiment environnemental». Ce programme municipal comprend d’autres exigences techniques en matière de construction, telles que les normes énergétiques et les exigences en matière de compensation de la nature. Le facteur espace vert, un outil appliqué dans l’affaire Western Harbour, a été intégré au programme. Il a été utilisé pendant près de 10 ans, mais une législation nationale récemment adoptée a rendu impossible l’imposition d’une législation technique plus stricte au niveau municipal. On ne sait pas encore comment la mise en œuvre du processus de partenariat des parties prenantes sans le «code du bâtiment environnemental» aura une incidence sur son impact.

Un processus de partenariat avec les parties prenantes peut être un instrument politique utile lorsqu’une ville n’est pas financièrement responsable de la mise en œuvre d’un développement urbain, mais souhaiterait fournir le maximum d’orientations possibles en vue d’atteindre des objectifs de durabilité ciblés pour la région. Le processus de participation des parties prenantes nécessite toutefois un investissement de temps de la part de la municipalité sans garantie de succès. Il nécessite également un intérêt des parties privées à développer le site. Dans le cas de Malmö, le développement de ces sites urbains par des promoteurs privés est traditionnellement une pratique courante. Le processus fonctionne donc particulièrement bien pour les projets de développement urbain. Outre l’investissement de temps et l’utilisation des installations municipales, le processus de participation des intervenants n’implique aucun investissement financier supplémentaire. Il peut donc être un outil efficace pour mettre en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique lorsqu’une ville est prête à investir suffisamment de temps et à avoir de la patience pour voir des résultats visibles à long terme.

Les financements nationaux et européens peuvent fournir aux parties prenantes dans le cadre d’un processus de partenariat une source de financement complémentaire pour la mise en œuvre de mesures environnementales. Ce n’est cependant pas une condition de succès. Dans le cas de Western Harbour, des fonds publics ont été obtenus pour réaliser les trois premières phases du développement. La 4e phase, bien qu’elle soit généralement considérée comme la partie la plus durable de Western Harbour, n’a nécessité aucun financement public. Cette différence peut s’expliquer par la prise de conscience environnementale généralement accrue de la société au moment de la mise en œuvre de la quatrième phase. Grâce au processus de participation des parties prenantes, la ville a une bonne idée des intentions et des moyens des promoteurs de réaliser la vision environnementale de la ville. Le processus de participation des parties prenantes permet donc à la ville d’identifier plus précisément le type et le montant des fonds publics nécessaires, ce qui augmente les chances de succès de la réalisation du développement durable tel qu’il est envisagé.

Coûts et bénéfices

Les coûts pour la ville pour mettre en place un processus de partenariat sont limités. Ils comprennent le temps passé par les responsables des politiques à gérer le processus et la fourniture de ressources pour faciliter les réunions et les ateliers. Les promoteurs privés sont responsables de tous les coûts liés au développement des parcelles. Même les routes, les parcs et les rues du site, qui sont développés par la ville, sont inclus dans le prix des parcelles et sont donc indirectement payés par les promoteurs. Les coûts de développement du terrain à bâtir lui-même sont entièrement couverts par les promoteurs.

Le processus de partenariat avec les parties prenantes peut offrir aux partenaires privés l’occasion de réduire les coûts en menant des études partagées. Dans le cas de Western Harbour, un coordonnateur de la durabilité a été employé par la municipalité et les promoteurs pour effectuer des calculs énergétiques exhaustifs. Les coûts liés à cette location ont été répartis entre la municipalité et les promoteurs. Ces coûts auraient été beaucoup plus élevés au cas où chaque développeur aurait dû payer un coordonnateur séparément. Les projets, y compris les partenariats avec les parties prenantes, peuvent également être admissibles à un financement supplémentaire. Dans le cas de Western Harbour, le projet a reçu un financement en tant que projet européen de R & D appelé SURE/RESECO dans le cadre du 5e programme-cadre de l’UE.

Dans le cas du port occidental, la ville a demandé un financement de sources nationales et européennes pour améliorer l’efficacité énergétique, réaliser des toitures vertes et organiser des événements de sensibilisation (c’est-à-dire des normes de niveau plus élevés). Un montant total de 250 000 000 SEK (environ 26 300 000 EUR) en financement national (Fonds d’investissement local) a été attribué à la ville pour la mise en œuvre de divers projets environnementaux au sein de Western Harbour. Les projets allaient d’une exposition sur la durabilité à l’accompagnement des développeurs dans la réalisation de toitures vertes. Les subventions ont également été utilisées pour construire des bâtiments plus économes en énergie. Une demande de financement européen a été obtenue avec succès par le système pour financer le système énergétique de Western Harbour. Le système permet à Western Harbour de produire de l’énergie localement grâce à une centrale éolienne, à la production d’énergie solaire et au chauffage géothermique.

La participation du nombre et du type d’intervenants à la demande de financement varie au cas par cas. La demande de financement national pour l’acquisition de matériaux économes en énergie pour le développement du port occidental a été créée en collaboration avec le promoteur. Dans le cas du financement de toitures vertes, la ville a complètement géré l’application et les promoteurs ont demandé le financement de la ville. Cette différence d’approche s’explique principalement par le fait que la décision de présenter une demande de financement est intervenue plus tard dans le processus de développement. La demande de financement européenne pour le système énergétique a été développée par la ville en coopération avec la société de l’énergie. La ville sélectionne habituellement les intervenants qui participeront à la demande de financement en fonction de l’apport du processus de participation des intervenants. Cela permet à la ville de faire des propositions de financement plus spécifiques. La ville agit toujours comme l’initiatrice et l’auteur principal de la demande de financement.

La participation à un processus de partenariat avec les parties prenantes n’est pas entièrement volontaire. La ville peut inclure des conditions particulières concernant l’engagement envers le partenariat et les exigences de durabilité dans le contrat de vente de la parcelle. Cette approche se limite aux situations où la ville possède la parcelle à développer. Jusqu’à présent, la ville n’a engagé qu’un seul partenariat avec une partie prenante qui possédait déjà les terres qui devaient être développées. Dans ce cas, le processus de dialogue s’est avéré plus intensif et plus difficile. Finalement, un accord a été conclu avec le soutien des acheteurs de terrains à bâtir du propriétaire foncier privé.

Temps de mise en œuvre

Le premier partenariat avec les parties prenantes a été créé pour Augustenborg au début des années 1990. Le développement du port occidental a commencé en 2001 et est toujours en cours. Le projet se compose de plusieurs phases pour lesquelles différents partenariats avec les parties prenantes sont créés.

Durée de vie

Le processus de partenariat des parties prenantes commence dès que les parcelles ont été vendues au promoteur et se termine une fois le développement urbain réalisé.

Informations de référence

Contacter

Annika Kruuse
Département de l’environnement
Ville de Malmö
Tel: + 46 40-34 12 67 Mobil + 46
709-46 72 98 E-mail:
annika.kruuse@malmo.se

E-mail générique: malmostad@malmo.se

 

Référence

The City of Malmö

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Jul 13 2023


Veuillez nous contacter pour toute autre enquête sur cette étude de cas ou pour partager une nouvelle étude de cas (email climat.adapt@eea.europa.eu a >)

Actions sur le document