Accueil Base de données Options d’adaptation Réhabilitation et restauration des cours d’eau et des plaines inondables

Exclusion of liability

This translation is generated by eTranslation, a machine translation tool provided by the European Commission.

Website experience degraded
We are currently facing a technical issue with the website which affects the display of data. The full functionality will be restored as soon as possible. We appreciate your understanding. If you have any questions or issues, please contact EEA Helpdesk (helpdesk@eea.europa.eu).
Adaptation option

Réhabilitation et restauration des cours d’eau et des plaines inondables

La réhabilitation et la restauration des cours d’eau et des plaines inondables englobent une grande variété de mesures ayant en commun l’accent sur les fonctions naturelles des rivières, qui peuvent avoir été perdues ou dégradées par des interventions humaines (par exemple, abattage, construction de digues et digues, dragage de sédiments, modification des formes naturelles de rivières, construction d’infrastructures sur la plaine inondable, etc.). De nombreuses rivières européennes ont été considérablement modifiées au cours des dernières décennies pour ne remplir qu’une seule fonction dominante (par exemple, la navigation) ou peu d’autres. Cependant, l’utilisation unilatérale, sans tenir compte des différentes fonctions, n’est plus optimale et est remplacée par une approche intégrée. La restauration des cours d’eau et des plaines inondables vise à atténuer les effets négatifs des modifications humaines, ce qui ne produit pas seulement des avantages pour le fonctionnement écologique de la rivière, mais aussi pour la société humaine, comme dans le cas de la réduction des risques d’inondation, de l’amélioration de la qualité de l’eau et de la recharge des eaux souterraines. Les plaines inondables sont un système naturel à préserver et à restaurer. La réhabilitation et la restauration des cours d’eau et des plaines inondables impliquent des interventions complexes et longues; le soutien et la sensibilisation du public sont essentiels en tant que composants techniques et écologiques.

La réhabilitation et la restauration des plaines inondables et des zones humides fluviales fournissent des habitats aquatiques saisonniers, créent des corridors de forêts riveraines indigènes et créent des habitats fluviaux et terrestres ombragés. En outre, il aide à retenir et à libérer lentement les rejets des masses d’eau ainsi qu’à faciliter la recharge des eaux souterraines et à améliorer la qualité de l’eau. La capacité d’infiltration de nombreux sols en Europe a changé en raison de modifications importantes de l’utilisation des terres; la vitesse à laquelle les précipitations sont capables d’infiltrer et de recharger les masses d’eau souterraine est donc limitée dans de nombreuses régions. La variabilité liée au changement climatique dans les précipitations et l’augmentation des événements extrêmes peuvent entraîner des périodes plus longues de sécheresses et d’inondations qui aggravent encore la situation. La restauration des cours d’eau et des plaines inondables peut contribuer à améliorer le régime hydrologique et à faire face à ces effets du changement climatique. En outre, les zones humides des cours d’eau peuvent contribuer au maintien du fonctionnement des écosystèmes estuarien et delta et à la création de terres naturelles qui servent de tampons de tempête, protégeant ainsi les personnes et les biens contre les dommages causés par les inondations, également liés à l’élévation du niveau de la mer et aux ondes de tempête.

L’amélioration de la capacité de stockage de l’eau dans la plaine inondable grâce à des mesures naturelles de conservation de l’eau fait partie de la réhabilitation et de la restauration des cours d’eau et peut s’avérer plutôt utile pour réduire les risques d’inondation. La mise en œuvre de la GRFN peut également avoir lieu sur les terres agricoles; en général, les terres restent la propriété des agriculteurs et sont utilisées pour le stockage temporaire de l’eau. Les zones de rétention sont destinées à recevoir le débit maximal des cours d’eau et, par conséquent, à prévenir les inondations ailleurs. Les zones de rétention d’urgence peuvent être situées le long des principales rivières pour recevoir de grandes quantités d’eau dans des conditions extrêmes afin d’éviter des situations mortelles et des dommages importants ailleurs dans les zones urbaines ou agricoles.

La relocalisation des types d’utilisation des terres vulnérables à l’eau et des activités dans des zones où le risque d’inondation est plus faible est une autre option qui peut faciliter le rétablissement de régimes hydrologiques plus naturels (voir l’option d’adaptation «Retraite des zones à risque élevé»). Le coût de ces mesures peut être élevé en cas de nécessité d’expropriation, de démolition et de reconstruction d’infrastructures et d’activités économiques ailleurs. Les rivières et les plaines inondables des zones relocalisées ont un fort potentiel de restauration, ce qui offre non seulement des habitats améliorés, mais contribue à la protection contre les inondations en créant de nouvelles zones de rétention.

Dans certains cas précis, des mesures peuvent également porter sur l’adaptation des pratiques de dragage aux changements dans la profondeur de l’eau, la navigabilité, l’érosion et l’envasement dans les cours d’eau. Si la décision d’approfondir les voies de navigation pour le trafic maritime est jugée inévitable, le dragage devrait être mis en œuvre en minimisant les impacts et/ou en veillant à ce que des conditions écologiques adéquates soient maintenues dans les zones adjacentes, par exemple par la création de bandes tampons. L’application (et le financement) de la réhabilitation de la rivière et de ses plaines inondables, également en tant qu’approche compensatoire de l’approfondissement du chenal de navigation, peut garantir le maintien des habitats et de leurs services (tels que la protection contre les inondations).

L’Europe s’intéresse de plus en plus à la réhabilitation des cours d’eau et des plaines inondables, comme dans le cas du programme d’aménagement du territoire «Salle pour le fleuve» aux Pays-Bas. Ce programme comprenait un certain nombre de mesures conduisant à la réhabilitation et à la restauration des lits des cours d’eau et des plaines inondables, afin de créer davantage de place pour les rivières et de réduire les niveaux d’eau, tels que: abaissement des plaines inondables, relocalisation des digues à l’intérieur des terres, abaissement des digues le long des rivières et approfondissement des lits d’été. D’autres exemples sont le plan de gestion du bassin de la rivière Anglian au Royaume-Uni, qui comprend divers projets de restauration de rivières visant à atténuer les impacts des modifications hydromorphologiques. D’autres interventions de restauration des plaines inondables sont motivées par la directive-cadre sur l’eau (DCE), par exemple celles qui ont lieu dans le Rheinvorland-Süd sur le Rhin supérieur, le Bourret sur la Garonne et la rivière Long Eau en Angleterre. De nombreux projets de restauration fluviale sont cofinancés par le programme LIFE de l’ UE. Ces projets sont souvent mis en place et mis en œuvre en encourageant la coopération entre l’ingénierie de l’eau, la protection des inondations, la gestion des terres et la conservation de la nature.

Détails supplémentaires
Informations de référence

Détails d'adaptation

Catégories du GIEC

Structurel et physique: options d'adaptation basées sur les écosystèmes

Participation des parties prenantes

La mise en œuvre de cette option d’adaptation nécessite la participation de différents acteurs (gestionnaires des rivières, agriculteurs, habitants des villages, etc.) qui devraient être impliqués pour rendre possible l’adoption de l’option d’adaptation. L’engagement précoce des principales parties prenantes est essentiel pour gérer correctement tout conflit, par exemple en ce qui concerne l’utilisation des terres et les propriétés foncières.

Facteurs de réussite et facteurs limitants

La mise en œuvre de mesures de restauration des cours d’eau et des plaines inondables peut avoir des effets négatifs sur la navigation et divers effets (positifs et négatifs) sur le tourisme, l’agriculture et le drainage. En général, il est destiné à avoir des effets positifs sur la biodiversité et la conservation de l’habitat. Cependant, il n’est pas toujours possible de le mettre en œuvre car parfois les marges fluviales artificielles ne permettent pas la restauration naturelle de la rivière.

Les facteurs de succès comprennent généralement une forte coopération entre les administrations publiques et d’autres parties prenantes, la mobilisation du soutien et la sensibilisation du public. Étant donné que les mesures de réhabilitation sont très spécifiques, leur efficience et leur efficacité dépendent également des conditions locales et des mesures spécifiquement appliquées.

Coûts et bénéfices

Les avantages de la réhabilitation et de la restauration des rivières et des plaines inondables comprennent:

  • Une protection accrue contre les inondations liées aux fortes précipitations, en raison de l’augmentation de la capacité d’écoulement du réseau fluvial pendant les inondations et/ou de la réduction de la vitesse d’écoulement de l’eau;
  • Une protection accrue contre les inondations liées à l’élévation du niveau de la mer et aux ondes de tempête, grâce à l’action tampon des zones humides de l’estuaire et du delta;
  • La préservation des habitats naturels, l’amélioration de la connectivité écologique et les effets positifs connexes sur la biodiversité;
  • Le maintien des fonctions des écosystèmes aquatiques et des services connexes à la société humaine;
  • Augmentation de la recharge des eaux souterraines.

La restauration passive des cours d’eau, comme l’abandon de l’entretien des cours d’eau, qui est moins coûteux et plus facile à appliquer à des tronçons plus longs de rivières, peut entraîner des effets environnementaux positifs comparables sur le bassin versant par rapport aux techniques coûteuses de restauration active.

Les coûts peuvent être de nature différente (investissement, entretien, compensation, etc.) et différer sensiblement au sein de l’Europe et au cas par cas. Par exemple, dans le cas du programme «Room for the River» aux Pays-Bas, la création de mesures de stockage de l’eau dans les exploitations peut être indemnisée année après année pour les dommages estimés aux cultures ou payée une fois pour la diminution de la valeur des terres. Les deux types de coûts dépendent de la probabilité d’inondation.

La réhabilitation et la restauration des cours d’eau et des plaines inondables, y compris les MRNN, contribuent à la réalisation des objectifs des politiques clés de l’UE telles que la directive-cadre sur l’eau (DCE), la directive sur les inondations et la directive «Habitats et oiseaux». La réhabilitation et la restauration fluviales peuvent également être financées dans le cadre de la politique de développement rural de la politique agricole commune (PAC) ainsi que dans le cadre des programmes INTERREG (coopération territoriale européenne, CTE) et LIFE+.

Temps de mise en œuvre

Le délai de mise en œuvre dépend fortement de l’ampleur de l’application, des conditions spécifiques du domaine d’intervention et des mesures adoptées. En général, la réhabilitation et la restauration des cours d’eau et des plaines inondables sont un processus complexe nécessitant une intervention à long terme. Elle peut varier d’un an (par exemple en cas d’intervention très spécifique et limitée, comme dragage ou création de bandes tampons) à plus de 25 ans (par exemple dans le cas du programme «Chambre pour les rivières»).

Durée de vie

Si la plupart des interventions de réadaptation sont maintenues en permanence, elles peuvent durer indéfiniment.

Informations de référence

Références:

Bölscher, T.; Slobbe, E.J.J. van; Vliet, M.T.H. van; Werners, S.E., (2013). Les points tournants de l’adaptation dans la restauration de la rivière? L’affaire du saumon du Rhin. Durabilité 5 (2013)6.

Publié dans Climate-ADAPT Nov 22 2022   -   Dernière modification dans Climate-ADAPT Aug 17 2023

Actions sur le document